Troubles alimentaires: l’adolescence est une période à risques

Dernière mise à jour 24/04/13 | Article
Troubles alimentaires: l’adolescence est une période à risques
L’adolescence est considérée comme une période critique pour le développement des troubles de l’alimentation. Les importants remaniements physiques et psychologiques dont les adolescents font l’expérience ont tendance à les rendre plus fragiles.

En raison des changements considérables qu’ils subissent, les adolescents sont plus sensibles aux influences extérieures et cherchent souvent à se conformer aux canons de beauté véhiculés par les médias, particulièrement exigeants envers les filles. L’enquête épidémiologique SMASH (Swiss Multicenter Adolescent Survey on Health), réalisée en 2004 auprès de 7428 adolescents suisses, a ainsi montré que 70% des filles âgées de 16 à 20 ans souhaitaient maigrir, 20% d’entre elles reconnaissant même être en permanence préoccupées par cette idée. De plus, parmi celles qui voulaient perdre du poids, 30% ont indiqué suivre un régime.

Un nombre croissant de jeunes de poids normal, voire en sous-poids, souhaiterait ainsi maigrir. Or le fait de s’imposer des restrictions fortes peut entraîner chez les jeunes filles des épisodes de fringale, qu’elles vont ensuite tenter de compenser par d’autres privations qui les feront peu à peu basculer dans un trouble alimentaire. L’enquête SMASH a d’ailleurs révélé qu’il arrivait à 16 % des adolescentes de manger énormément sans pouvoir s’arrêter, et cela plusieurs fois par semaine; 3% d’entre elles ont même avoué se faire régulièrement vomir lorsqu’elles avaient trop mangé. Ces chiffres, en augmentation par rapport à une enquête similaire réalisée dix ans auparavant, suggèrent que les troubles alimentaires sont en progression chez les adolescentes en Suisse. Or, si une certaine désorganisation alimentaire peut s’avérer normale à cette période de la vie, et se résorber spontanément avec les années, ces comportements sont tout de même à prendre au sérieux car ils peuvent aussi déboucher sur des pathologies avérées.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite