De quand date la lutte médicale contre l'obésité?

Dernière mise à jour 28/05/13 | Article
De quand date la lutte médicale contre l'obésité?
Au début du XXe siècle, les médecins conseillaient certes à leurs patients de conserver 10 à 20 kg en trop, qui leur permettraient de mieux lutter contre une éventuelle maladie de longue durée.

Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a récemment annoncé qu'il s'était fait poser un anneau gastrique modulable dans le but de perdre du poids. Le gouverneur dit avoir pris cette décision pour des raisons de santé, mais son poids – qui aurait avoisiné les 135 kg – aurait également pu compliquer une candidature présidentielle en 2016. L'obésité de William Howard Taft (1857-1930), vingt-septième président des Etats-Unis, était au moins aussi importante que celle de Christie. Les médecins de l'époque lui recommandaient-ils de perdre du poids?

Oui. Au début du XXe siècle, les médecins conseillaient certes à leurs patients de conserver 10 à 20 kg en trop, qui leur permettraient de mieux lutter contre une éventuelle maladie de longue durée. Une recommandation de bon sens: à l'époque, la pneumonie, la tuberculose et les diarrhées tuaient plus d'Américains que les troubles cardiaques et le diabète. En revanche, voilà bien longtemps que l'obésité extrême était considérée comme un problème. Au XVIIIe siècle, des revues médicales l'associaient déjà à plusieurs problèmes de santé (somnolence, goutte, respiration difficile). Taft, dont le poids a atteint 154 kg pendant son passage à la Maison Blanche, souffrait des trois. Il a publiquement reconnu souffrir d'un problème de poids (difficile de faire la sourde oreille lorsque le président de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux du Massachusetts vous intime d'arrêter l'équitation). «L'excès de chair nuit à tout homme», déclarait-il alors. L'«excès de chair» était alors l'euphémisme de l'obésité. Taft laissait entendre que son poids idéal se situait aux alentours des 120 kg, c'est dire si les normes de poids ont changé depuis lors. Si l'on se base sur son indice de masse corporelle, un homme de la taille du président Taft serait aujourd'hui considéré comme gravement obèse.

On exagère souvent l'image dont jouissait jadis l'obésité, symbole de vitalité, de noblesse, de fortune personnelle… Ces généralités comportent une part de vérité: la Venus de Willendorf, statuette vieille de 25 000 ans – et possible symbole de fécondité – est une femme bien en chair. Dans les tableaux de Rubens, nombre de personnages sont obèses (selon les critères modernes), tout comme les baigneuses de Renoir dans la toile du même nom. Ceci étant dit, l'obésité préoccupe les médecins depuis bien longtemps; presque depuis l'avènement des premiers écrits médicaux d'importance. Ainsi, Hippocrate soulignait-il déjà l'importance d'équilibrer l'énergie ingérée et l'énergie dépensée. Pythagore recommandait une alimentation modérée. Et si l'on en croit les écrits de l'historien grec Diodorus Siculus, les habitants de l'Egypte antique sont allés trop loin dans leur quête de la minceur: ils se faisaient vomir de manière à éviter que la nourriture excessive ne se transforme en graisse.

Il faut attendre la fin du XVIIe siècle pour que la majorité de la communauté médicale établisse un lien entre l'obésité et divers problèmes de santé. George Cheyne (médecin souffrant lui-même d'une obésité massive) remarque que les patients bien en chair sont touchés par plusieurs maux: éruptions cutanées, mauvaise circulation sanguine, léthargie… Au XIXe siècle, une poignée de publications associait déjà l'obésité au diabète et aux troubles cardiaques, mais le lien n'est clairement établi qu'un siècle plus tard (ce n'est d'ailleurs qu'à la fin des années 1980 que l'ensemble de symptômes et de troubles aujourd'hui appelé «syndrome métabolique» – obésité, fort taux de cholestérol, diabète, hypertension artérielle… – a vu le jour, sous l'égide de l'endocrinologue Gerald Reaven; il parlait alors du «Syndrome X»). Le secteur des assurances a lui aussi établi un lien entre l'obésité et la mauvaise santé. Entre 1900 et 1920, les statisticiens de la Metropolitan Life (entre autres compagnies d'assurance) se sont basés sur des études actuarielles pour prouver que les personnes obèses décèdent prématurément. Les conclusions actuarielles – comme toutes les autres découvertes médicales capitales – ont contribué à bouleverser l'attitude du secteur des soins de santé, qui s'est alors employé à lutter contre la graisse.

Les silhouettes taftiennes ont toujours été synonyme de mauvaise santé dans le monde médical; il est toutefois impossible d'avoir une idée précise de ce que les médecins d'il y a 200, 800 ou 1000 ans considéraient comme étant un poids «sain». Il a fallu attendre le début du XXe siècle pour que la communauté médicale lutte sérieusement contre l'obésité, et l'année 1985 pour que les National Institutes of Health décident d'utiliser l'indice de masse corporelle pour fixer les critères officiels de l'obésité.

Article original:

http://www.slate.com/articles/health_and_science/explainer/2013/05/chris_christie_s_lap_band_surgery_when_did_doctors_decide_that_obesity_was.html

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.

Le foie, usine de production et station d’épuration

Il participe à la digestion et à bien d’autres fonctions, parfois affectées par des virus ou par l’alcool. Ou encore par un excès de graisse, qui engendre une maladie en plein boom: la stéatose non alcoolique.

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
Videos sur le meme sujet

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.

L'obésité

Problème de santé publique majeur, l'obésité touche 7% de la population en Suisse. En cause, une consommation excessive de calories, un manque d'activité physique et des troubles du comportement

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.