Un régime «détox», est-ce bien nécessaire?

Dernière mise à jour 24/03/12 | Questions/Réponses
Un régime «détox», est-ce bien nécessaire?
Selon une croyance bien ancrée, notre organisme aurait besoin d’être nettoyé de ses toxines à intervalles réguliers. Est-ce que le concept de «détox» répond à une réalité physiologique?

A l’arrivée du printemps, les journaux féminins et les sites de santé de la toile ne parlent que de «détox». Après les abus alimentaires de l’hiver, notre organisme aurait besoin de se laver de ses toxines. Il faudrait boire du sobocha (thé de sarrasin), manger du gingembre, de l’artichaut, pour «drainer» son organisme. Gwyneth Paltrow propose même sa propre recette, le «master cleanse», un mélange de jus de citron, sirop d’érable et piment de Cayenne. Cette envie de nettoyage de printemps de l’organisme renvoie aussi aux publicités pour l’eau en bouteille, censée nous lessiver de l’intérieur comme un gigantesque écouvillon. Faut-il vraiment en passer par une cure détox? Analyse de Maaike Kruseman, diététicienne et professeure à la Haute Ecole de santé de Genève.

Est-ce que l’organisme peut accumuler des toxines après une période d’excès?

Maaike Kruseman: Non, les produits issus du métabolisme sont éliminés, de façon très efficace, par les selles et l’urine. Ils ne s’accumulent pas dans l’organisme, sauf en cas de maladie grave comme l’insuffisance hépatique ou rénale. Mais dans ces cas, seuls les traitements médicaux sont utiles, comme la dialyse en cas d’insuffisance rénale par exemple.

Les toxines sont-elles une vue de l’esprit?

Elles existent, mais il s’agit de substances toxiques fabriquées par un organisme. Ainsi la toxine botulique, secrétée par une bactérie, provoque-t-elle de graves intoxications alimentaires. Nous ingérons aussi de nombreuses toxines qui ne sont pas dangereuses car éliminées par notre système digestif. La plupart de ces agresseurs sont acidifiés dans l’estomac et ceux qui restent sont éliminés par les sucs digestifs. Si ce n’est pas le cas, on tombe malade. Il s’agit alors d’une maladie, et non pas de toxines accumulées en raison d’excès.

Les produits détoxifiants vendus en parapharmacies ou les extraits de plantes, peuvent-ils «purifier» l’organisme?

Non, le concept de détox relève de l’ordre psychologique et ne correspond pas à une réalité physiologique. Par ailleurs, il n’existe pas d’études sur l’effet des substances extraites d’un aliment et utilisées seules. En d’autres termes, si l’on connaît l’effet drainant de l’artichaut, on ne sait rien de ses extraits.

Et le jeûne? Ceux qui le pratiquent disent à quel point il leur permet de se sentir mieux…

Le jeûne peut être dangereux. C’est une agression pour l’organisme dont il diminue les défenses immunitaires. D’ailleurs pendant le ramadan, les enfants, les vieillards, les femmes enceintes et les malades sont dispensés de jeûne. Mais il est vrai que les corps cétoniques, libérés lors d’un jeûne pour couper l’appétit, ont un effet euphorisant. Il s’agit d’une défense de l’organisme qui peut toutefois donner le sentiment de «se faire du bien». Cela dit, une personne en bonne santé peut suivre quelques jours de jeûnes sans trop de danger.

Les lavages coloniques sont aussi préconisés par les adeptes de la détox. Qu’en penser?

Cela peut être dangereux et provoquer des irritations, voire des ulcères ou une malabsorption des aliments. Heureusement, ces lésions sont le plus souvent réversibles car la nature est belle! Il n’existe par ailleurs aucune preuve scientifique sur l’utilité de ces pratiques.

Manger beaucoup de fibres, boire beaucoup d’eau, cela ne peut faire de mal?

Disons que suivre un régime dit «détox» pendant une courte période n’est pas utile, mais ce n’est pas grave non plus. Il y a des gens qui, une fois par an, ne mangent que des fruits, s’ils se sentent bien, tant mieux! Par contre, un régime très riche en fibres avec un apport hydrique important peut avoir des répercussions sur la santé à la longue. En résumé, il ne faut pas négliger l’effet placebo de ces pratiques, mais leur répétition peut causer des problèmes de santé.

_________

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_junior_vegetarienne

«Ma copine est végétarienne»

A la cantine, de l'escalope de dinde est au menu du jour. Rose, à la place, mange du tofu car elle est végétarienne. Comme elle, de plus en plus d'enfants et d'adolescents renoncent à la viande, voire à tout produit animal. Mais au fait, est-ce bon pour la santé?
regime_cetogene_maigrir

Le régime cétogène, la bonne recette pour maigrir?

Cette année, c’est lui qui fait le buzz parmi les régimes estivaux. Manger plus gras et beaucoup moins sucré, tel est le principe surprenant de cette diète. Est-ce que ça marche? À quel prix?
alimentation_vegetarienne_enfant

Alimentation végétarienne chez l’enfant, une bonne idée?

Devenir végétarien ou végétalien séduit de plus en plus. En Suisse, on compte près de 3% de végétariens. Ce mode alimentaire est-il adapté aux enfants? Conseils et réponses d’une spécialiste du CHUV.
Videos sur le meme sujet

L'intérêt de jeûner avant une opération chirurgicale

Cécile Guérin s'intéresse à la préparation avant une opération chirurgicale, notamment d’un point de vue nutritionnel.

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.

Paléo–Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années. Face à son industrialisation croissante et les inquiétudes qu’elle crée, les régimes parfois extrêmes se multiplient.