Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Dernière mise à jour 18/12/12 | Article
Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher
Une étude américaine montre que la marche (6000 pas quotidiens, sans contraintes particulières) est une excellente manière pour les femmes ménopausées de prévenir les risques qui les guettent du fait de ce bouleversement hormonal.

C’est plus qu’une mode: les liens entre la santé et l’exercice physique continuent de passionner médecins et chercheurs. Les résultats et les conclusions s’accumulent et convergent. Le sport aide à garder la santé. C’est si vrai qu’en France l’Académie nationale de médecine vient de placer la barre plus haut que jamais: elle recommande que l’activité sportive puisse désormais être prescrite sur ordonnance médicale; et que le cas échéant elle puisse être prise en charge par la collectivité au même titre que d’autres médications préventives. A première vue l’affaire pourrait sembler baroque. A la réflexion, elle peut apparaître pleinement crédible. Reste à parvenir à démontrer pourquoi la collectivité devrait rembourser les exercices physiques. Rien de plus simple, dira-t-on, que d’user de son corps pour rester en bonne santé. Certes. Mais en pratique chacun sait que ce n’est pas toujours aussi simple.

Diminution du risque de diabète et de syndrome métabolique

Parce qu’elle correspond à de nombreux bouleversements la ménopause constitue bel et bien une nouvelle étape de la vie des femmes. Du fait du bouleversement hormonal cette étape est aussi directement ou non associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire. Des chercheurs travaillant sous l’égide de la North American Menopause Society (NAMS) ont à partir de 1995 cherché à savoir si, chez les femmes concernées, une activité physique était de nature à améliorer les paramètres biologiques prédictifs. Ils ont pour cela évalué (chez une cohorte de femmes pré et post-ménopausées) les niveaux d'activité physique habituelle et leur effet sur les  facteurs de risque cardiovasculaire. Leurs conclusions viennent d’être publiées dans Menopause, la revue de la NAMS. Les auteurs assurent qu’à partir de 6.000 pas par jour (le lieu, le rythme ou l’objet importent peu) les femmes ménopausées réduisent notablement leur risque de diabète et de syndrome métabolique.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont enquêté auprès de 292 femmes brésiliennes, âgées de 45 à 72 ans. Leur âge moyen était de 57 ans. Ces femmes (qui vivent dans la ville de Passo Fundo) ont accepté de porter des podomètres et ont ainsi pu enregistrer fidèlement leur activité quotidienne. Parallèlement, différents paramètres biologiques ont été mesurés chez ces femmes (glycémie, taux de cholestérol, indice de masse corporelle (IMC), tour de hanches etc.). Les auteurs considéraient a priori comme «actives»  celles qui faisaient 6.000 pas par jour ou plus étaient considérées comme «actives».

En moyenne, une femme ménopausée fait (du moins sur la base de cette étude) 5.250 pas chaque jour, avec des extrêmes allant de 1.570 à 9.056 pas. Les auteurs concluent à une « association inverse significative » entre l'activité physique (le nombre de pas) et l’IMC, le tour de taille ou encore le  rapport taille-hanches. En d’autres termes les femmes considérées ici comme « inactives » présentent un risque double de surpoids / obésité et un risque, bien plus élevé encore, de tour de taille supérieur à 88 cm. Ces résultats sont obtenus en tenant compte des variations dues à l'âge, au stade de la ménopause, au tabagisme et à l'hormonothérapie de substitution. Les femmes dites « inactives » présentent également un risque près de trois fois plus élevé de diabète et de syndrome métabolique.

Les femmes actives ont moins de chance d’être obèse

A l’inverse les femmes dites «actives» s’avèrent donc moins susceptibles que les autres d’être obèses, de souffrir d’un syndrome métabolique ou d’un diabète et ce qu’elles soient pré ou post-ménopausées. Les auteurs peuvent ainsi écrire écrivent, que pour femmes d'âge mûr, la santé commence à partir de 6000 pas chaque jour.

«Le sport doit faire partie des prescriptions au cabinet médical, au même titre que les antibiotiques, l’aspirine ou les antidépresseurs», affirme un tout récent rapport de l’Académie nationale française de médecine. Cette dernière fait valoir que des publications de plus en plus nombreuses viennent confirmer que pratiquer des activités physiques et sportives (APS) tout au long de la vie augmente l’espérance de vie en bonne santé, retarde la dépendance, et constitue un complément thérapeutique efficace en luttant contre la sédentarité pour de nombreuses affections comme l’obésité et bien d’autres encore, sans oublier la prise en charge des sujets en situation d’handicap. L’étude menée au Brésil montre que ce message de bons sens (mais pourtant si difficile à entendre) vaut sous toutes les latitudes.

Concluons avec l’Académie: «Outre Atlantique, la sédentarité a été qualifiée de "Sedentary Death Syndrome". Si les effets favorables de la pratique des APS étaient connus de longue date, les études statistiques appliquées à des populations importantes ont confirmé ce qui était souvent contesté au plan individuel. La connaissance des retentissements des APS sur les processus cellulaires, tissulaires et métaboliques s’est considérablement améliorée, et le domaine des APS n’est plus limité à une vision ludique de la vie, mais occupe désormais une large place, de l’organisme sain à la prise en charge du pathologique. Plus généralement, se consacrer à des APS offre aussi des ouvertures considérables dans les domaines du social, de l’éducatif et de l’intégration. Dés lors, notre société peut-elle refuser ou même négliger ces avantages?» Question suivante: passera-t-on, le cas échéant, à la contrainte?

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Mesure du diabète

Maladies chroniques et explications socioculturelles

Les maladies chroniques peuvent être étudiées sous un angle social et pas uniquement biologique. Pour certains chercheurs, une approche socioculturelle du soin se doit s’être proposée pour lutter contre le diabète, pandémie en constante augmentation dans le monde.
Un enfant utilisant un ordinateur

Les écrans font-ils grossir les enfants?

iPhone, iPad, iPod, ordinateur, télévision, les écrans n’ont plus de secrets pour les enfants, même tout petits. Faut-il s’en inquiéter? Oui, répond la Dr Nathalie Farpour-Lambert, pédiatre, médecin du sport aux HUG et spécialiste de l’obésité infantile.
Obésité, et si une violence subie était en cause?

Obésité, et si une violence subie était en cause?

L’obésité n’est pas seulement le résultat d’une alimentation excessive et d’une trop grande sédentarité. Le trouble est bien plus complexe, comme en attestent de nombreuses études qui confirment les liens entre obésité et antécédents de violence physique ou sexuelle.
Videos sur le meme sujet

Précarité et prédispositions génétiques face à l’obésité

Face à l’obésité, nous ne sommes pas tous égaux.

Grossesse et obésité: un duo à risque

Obésité et grossesse forment un duo à risque pour la santé des mères et de leur enfant.
Maladies sur le meme sujet
Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.

Cou

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une trop faible production d’hormones par la glande thyroïde.

Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.