Le jeûne, une fausse bonne idée

Dernière mise à jour 01/04/17 | Questions/Réponses
Puls_jeune_fausse_idee
Le jeûne véhicule une image de pureté, de maîtrise de soi et de santé. Mais cesser de s’alimenter pendant plusieurs jours est-il vraiment raisonnable pour la santé? Le point avec le Pr Claude Pichard, responsable de l’unité de nutrition aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

8 bonnes résolutions pour une alimentation santé

  1. 5 fruits et légumes par jour (3 légumes et 2 fruits) au minimum.
  2. Le moins possible de charcuterie, de saucisses et autres viandes transformées.
  3. Des produits naturels et simples dans leur composition. De la fraîcheur, du local et de saison.
  4. Le moins possible de produits industriels, trop riches en sucre, en sel et en graisse.
  5. Des repas cuisinés à la maison, pour contrôler ce qu’il y a dans votre assiette.
  6. Des aliments complets et riches en fibres.
  7. Moins d’aliments frits et cuits à haute température.
  8. De l’eau surtout, et moins de boissons sucrées.

Pulsations: Quels sont les effets du jeûne sur l’organisme?

Pr C. Pichard: Le jeûne représente un stress pour le corps car nous sommes programmés pour nous alimenter. Chez l’individu sain qui jeûne par volonté, l’organisme s’adapte après 4 à 5 jours, au terme desquels le stress et l’appétit disparaissent. Le corps va puiser dans la masse grasse pour trouver de l’énergie. Des corps cétoniques sont alors libérés. Ils inhibent le centre de l’appétit entraînant ainsi une disparition de la sensation de faim. Chez un individu malade, les effets sur l’organisme sont différents. A cause de la maladie, le corps est déjà en état de stress et l’appétit naturellement coupé. Pour trouver de l’énergie, l’organisme affaibli en état de jeûne consomme donc essentiellement la masse protéique (ou maigre), c’est-à-dire les muscles, et peu de graisse.

Est-ce que jeûner fait maigrir?

Non. Bien sûr qu’à court terme ne pas manger fait perdre du poids. Mais à long terme, c’est le contraire. Après une période de privation, des mécanismes de compensation s’installent avec pour conséquence une prise de poids généralement supérieure au poids avant le jeûne. C’est ce qui se passe d’ailleurs avec n’importe quel régime restrictif.

Est-ce que jeûner est dangereux?

Oui. Jeûner plus de trois jours est dangereux, surtout chez les personnes qui ont peu de graisse et de muscles. Le corps «se mange lui-même», c’est une espèce d’auto-cannibalisme! Les jeûnes répétés ne sont pas bons non plus. En jeûnant un jour par semaine, on se prive de 15% des apports nutritifs nécessaires à l’organisme. A long terme, la perte cumulée a des conséquences néfastes pour la santé. La privation en calcium, par exemple, porte atteinte à la formation et la solidité des os.

On peut penser que le jeûne nettoie l’organisme et le repose, est-ce vrai?

Non. L’idée qu’on se nettoie le corps en jeûnant est totalement fausse. On est naturellement fait pour garder ce qui est bon et éliminer ce qui est nocif. Quant au présupposé «repos de l’organisme», il n’existe pas. Jour et nuit, notre machine cellulaire fabrique de l’énergie chimique, dans une quantité équivalente à notre poids corporel. Le concept idéologique de «nettoyage» ne s’appuie sur aucun fondement physiologique.

Si on résume, jeûner n’est donc pas une bonne idée…

Non, effectivement. Le jeûne n’apporte aucun bénéfice pour la santé et peut même être néfaste chez une personne malade. On sait en effet que la malnutrition augmente le risque de problèmes de santé. Une seule nuance est à faire: il est possible que, dans le futur, certains traitements (la chimiothérapie par exemple) soient plus efficaces en étant associés à des périodes de jeûne très précises. Mais aujourd’hui la question reste très controversée. Rien ne prouve en effet les bénéfices du jeûne dans le cadre d’un traitement contre le cancer chez l’homme.

________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène est fréquent chez les femmes qui, en raison de leurs règles, perdent régulièrement quelques microgrammes de cet élément indispensable.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Puls_dossier alimentation

Dites-moi ce que vous mangez, je vous dirai… si c’est bon pour la santé

Les études le montrent clairement: l’alimentation joue un rôle majeur dans la santé. Mais en même temps, la science qui s’intéresse aux rapports entre nutrition et santé n’en est qu’à ses débuts.
Videos sur le meme sujet

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.

Paléo–Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années. Face à son industrialisation croissante et les inquiétudes qu’elle crée, les régimes parfois extrêmes se multiplient.

Le comment du pourquoi: éviter les plats précuisinés

Pourquoi faut-il éviter de manger des plats précuisinés ou des barres énergétiques?