Hypertension: gare à la consommation excessive de patates

Dernière mise à jour 04/07/16 | Article
La pomme de terre, aliment parmi les plus consommés dans le monde, pourrait ne pas être aussi banale qu'on le croit: sa consommation trop fréquente serait l'une des causes de l'hypertension, assurent des chercheurs américains.

La mise en garde vient de trois institutions renommées de Boston (USA), le Brigham and Women Hospital, la Harvard Medical School, et l'Ecole de santé publique de l'Université de Harvard: une consommation trop fréquente de pommes de terre, sous toutes leurs formes, peut être à l'origine d'une hypertension. C'est en analysant les données de trois grandes études prospectives américaines, ayant suivi sur plus de 20 ans 187 000 hommes et femmes, qu'ils arrivent à cette conclusion publiée récemment dans le British Medical Journal.

Deux de ces études sont très connues pour avoir déjà fourni des résultats remarquables dans divers domaines: il s'agit des deux premières éditions de la Nurses' Health Study (NHS), un programme de recherche lancé en 1976 et qui a donné lieu à l'étude prospective centrée sur la santé des femmes la plus grande du monde. Quant à la troisième, connue sous l'acronyme de HPFS pour Health Professionnals Follow-up Study, elle a suivi exclusivement des hommes, âgés de 40 à 75 ans, depuis 1986.

Divers plats de patates

La démarche, très similaire, partait d'individus réputés non hypertendus au début des études (sur la base d'un examen effectué par un professionnel de santé): au travers d'un questionnaire couvrant plus de 130 aliments et boissons, les participants devaient décrire tous les quatre ans leurs habitudes alimentaires. Simultanément, toutes les caractéristiques de leur état de santé étaient dûment consignées (afin d'éviter d'éventuels effets confondants) et remises à jour tous les deux ans. C'est ainsi que les auteurs ont pu déterminer la fréquence à laquelle les sujets consommaient des pommes de terre, et sous quelles formes: pommes de terre bouillies, pommes au four, pommes de terre en purée, ou encore sous forme de frites ou de chips.

Dans chaque cas, la quantité consommée permettait d'établir une base de comparaison entre les individus, chaque participant devant décrire avec quelle fréquence il consommait un tel plat de patates: de «jamais ou moins d'une fois par mois», jusqu'à «six fois par semaine ou davantage», ce qui a permis aux auteurs de déterminer plusieurs catégories de consommation.

Quatre participants sur dix devenus hypertendus

Il s'agissait dès lors de dénombrer et d'identifier les sujets qui étaient devenus hypertendus (pression artérielle supérieure à 140/90) depuis le lancement du suivi, puis de confronter ces données aux chiffres respectifs de leurs consommations individuelles de pommes de terre. Dans l'ensemble, un peu plus de 40% des individus (77 726 très exactement) ont vu leur pression artérielle dépasser en cours d'étude le chiffre de référence, dont 35 728 et 25 246 pour les femmes des deux études NHS, et 16 752 pour les hommes de l'étude HPFS.

Afin d'établir la relation éventuelle entre la consommation de pommes de terre et le risque de développer une hypertension, les chercheurs ont en outre décidé –pour simplifier l'analyse– de regrouper en une seule catégorie les consommations de pommes au four, de pommes de terre bouillies ou en purée, en conservant de façon séparée la consommation de frites ainsi que celle de chips. Enfin, pour déterminer le risque relatif encouru, ils ont pris comme référence la consommation la plus basse, à savoir celle d'une portion au plus par mois de tel ou tel type de pommes de terre.

Une relation claire

Il s'avère alors que les individus qui consommaient au moins une portion quotidienne du premier groupe de pommes de terre étaient 13% plus nombreux à être devenus hypertendus. Pour ceux qui consommaient des frites au moins quatre fois par semaine c'est encore pire, puisque leur risque relatif monte alors à 1,17. Les auteurs expliquent cette augmentation du risque par l'importante charge glycémique liée à la consommation de pommes de terre, l'augmentation de la glycémie pouvant entraîner une dysfonction des parois internes des artères susceptible de mener à une augmentation de la pression artérielle. En revanche, et paradoxalement, la comparaison des données montre que l'augmentation du risque est presque nulle pour les consommateurs de chips, même à raison de quatre portions par semaine ou davantage!

Les scientifiques ont ensuite cherché à voir si le remplacement d'une seule portion quotidienne de pommes de terre par un légume ou un féculent avait éventuellement une influence sur le risque relatif de développer une hypertension. Il ressort alors de cette nouvelle analyse que la substitution au profit d'une portion de légume non seulement annule l'augmentation d'une hypertension, mais qu'elle permet même de réduire sensiblement le risque relatif lié à la consommation soutenue de pommes de terre. Les femmes de la deuxième étude NHS, par exemple, relativement plus jeunes, étaient même, dans ces conditions, 18% moins nombreuses à risquer une hypertension.

Ne pas oublier poisson, fruits et légumes

Cette étude parallèle montre bien que ce ne sont pas les pommes de terre à elles seules qui sont en cause, mais bien le mode de nutrition en général, comme le souligne le Pr Mark Harris, du Centre de recherche en prévention primaire de l'Université de la Nouvelle-Galles du Sud à Sydney. Le spécialiste australien rappelle en effet que la charge glycémique des patates varie selon le type de pommes de terre et leur mode de cuisson, et que la charge glycémique de tout le repas est influencée par la présence de fibres ou de protéines. Il n'empêche: cette mise en cause d'une consommation excessive de pommes de terre peut constituer une sorte de signal d'alarme pour ceux que cela concerne. Elle permet aussi de rappeler –à l'instar des recommandations du programme DASH des Instituts Nationaux de la Santé des Etats-Unis– que même si les patates ne doivent pas être bannies du repas car elles sont riches en potassium et pauvres en sodium, elles doivent impérativement être accompagnées de poisson, de fruits et de légumes. Ce travail aura certainement un impact sur les politiques sanitaires de nombreux pays, même si les Américains, dans leurs diverses recommandations nutritionnelles, viennent d'inclure les pommes de terre dans la catégorie des «légumes»!

_________

Références

Lea Borgi & al. in BMJ 2016; 353:i2351

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manger_mode_emploi

Bien manger, mode d'emploi

En matière d’alimentation, beaucoup de messages circulent, certains sans réel fondement scientifique. Que dit la science sur la/les meilleures façons de se nourrir? Un spécialiste nous livre les dernières connaissances sur le sujet.

Les meilleures façons de cuire ses aliments

La cuisson à la vapeur douce serait un must, les grillades à proscrire et le cru une mode passagère. Diététicienne BSc et coordinatrice de Fourchette verte Genève, Tania Lehmann fait le point sur les différents modes de cuisson et leurs impacts sur la valeur nutritive des aliments.
Videos sur le meme sujet

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive