Dis-moi quand tu manges…

Dernière mise à jour 12/07/12 | Article
Horloge de cuisine
Tu n’es pas seulement ce que tu manges, mais aussi quand tu manges… Précisions.

El Mundo rapporte les conclusions d’une étude publiée dans la revue Cell. Etablir des horaires fixes pour manger, en respectant des temps de «repos» est très important pour le métabolisme.

Notre «horloge interne» régule le sommeil, duquel dépendent beaucoup de mécanismes métaboliques, dont le processus qui transforme les aliments en énergie. D’ailleurs, l’altération des rythmes de sommeil peut favoriser le terrain de certaines maladies comme le diabète. «Des modifications du style de vie sont la première étape du traitement de l’obésité. C’est plus facile que la pharmacothérapie ou la chirurgie. Les recommandations actuelles se centrent sur l’aspect nutritionnel. Nous avons introduit un changement en essayant de travailler sur les rythmes naturels de l’alimentation», affirment les chercheurs.

Pour prouver que des cycles métaboliques stables pouvaient protéger contre l’obésité, les scientifiques du département de Gastroentérologie de l’Université de Californie ont réalisé une étude sur des souris. Ils ont alimenté les animaux pendant 18 semaines avec un régime standard pour certains, un régime très gras pour les autres. Ensuite, certaines souris avaient un accès libre à la nourriture, et les autres des horaires limités. Mais les doses étaient calculées pour que chacune ait le même apport énergétique que ses voisines.

Résultat, les souris avec un régime standard et celles avec un régime gras ont été protégées de l’obésité quand elle devaient manger à des horaires précis, toutes les huit heures. Leurs niveaux d’insuline sont en plus restés bas, ce qui permet de limiter l’apparition de diabète. Contrairement à celles qui ont grignoté chaque heure…

Ces temps de «pause» permettent aux organes (foie, intestin…) de se «reposer» tranquillement et donc d’être plus efficaces. El Mundo a demandé son avis à Andreu Palou, directeur du laboratoire de biologie moléculaire, nutrition et biotechnologie de l’Université des Iles Baléares: «avec une bonne discipline dans les horaires alimentaires, l’organisme a une meilleure capacité à ajuster son système d’efficience énergétique. Si on surprend l’organisme avec des repas aléatoires, il est induit en erreur». Mais il précise aussi qu’il faut voir «comment on pourrait adapter ces données aux humains» et aux multiples facteurs de leurs prises alimentaires, autant physiologiques que sociaux.

Article original: http://blog.slate.fr/bien-manger/2012/07/08/dis-moi-quand-tu-manges/

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
vegetarien_sain

Manger végétarien, c’est sain!

Se passer de viande, c’est bon pour la santé. Attention toutefois aux carences, surtout si l’on est végétalien.
Videos sur le meme sujet

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.

Aliments fonctionnels: ces aliments qui vous veulent du bien

Aujourd'hui, à l'heure de faire ses courses, le consommateur se trouve face à une multitude de produits qui disent agir pour sa santé. Alors que penser des ces aliments dits "fonctionnels"? L'Antidote fait le point avec des diététiciennes, des consommateurs, des industriels, un sociologue et un spécialiste du marketing.