Calories: le saviez-vous?

Dernière mise à jour 10/02/12 | Le saviez-vouz
Carrés de chocolat
Des calories qui brûlent littéralement, une différence hommes-femmes et l’influence de la calorie sur la prise de poids. Si vous ne le saviez pas encore, à lire absolument.
  • On peut mesurer la quantité d’énergie fournie à l’organisme par l’alimentation en brûlant un échantillon d’aliment (un ou deux grammes déshydratés sinon il ne brûle pas !) dans une «bombe» dite calorimétrique.
    Une véritable  explosion se produit. Celle-ci dégage une quantité de chaleur en fonction de la valeur énergétique de l’aliment.
    Une kilocalorie = la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’1 kg d’ H2O de 1 degré.
    Si le volume d’H2O – qui se trouve dans l’enceinte du calorimètre – augmente de 9 °C (pour 1 g d’aliment tel que de l’huile), la valeur énergétique brute (in vitro) sera donc de 9 kcal/g.
  • Pour le même poids, les besoins énergétiques des filles sont inférieurs de 15 à 20 % à ceux des garçons. Les raisons en sont:
    a) un poids et une taille moins élevés;
    b) une masse musculaire plus faible. La dépense journalière  d’un garçon de 45 kg est donc similaire à celle d’une fille de 60 kg sans surpoids (environ 2600 kcal par jour)!
  • L’exemple ci-après illustre l’influence déterminante de l’apport calorique sur la prise de poids.
    Lors de la consommation d’un surplus de 20 kcal par jour en plus des besoins journaliers (= un carré de chocolat = 3 g en moyenne), que se passe-t-il?
    20 kcal × 365 jours = 7700 kcal sur une période d’une année
    Ce surplus de 1 carré de chocolat quotidien aboutit à une prise de poids approximative de 1 kg en une année. Attention, cette valeur n’est pas extrapolable à 5-10 ans!
    C’est dire si l’organisme est normalement une machine de haute précision, capable d’ajuster parfaitement les apports caloriques par rapport aux dépenses. Pourtant, un certain nombre d’individus ont plus de difficulté à opérer cet ajustement. En mangeant  en excès, ils prendront du poids.
Référence

Extrait de «Alimentation et surpoids à l’adolescence, Manuel de prévention et ateliers pratiques»,  Dr Dominique Durrer et Yves Schutz, Médecine et Hygiène, 2010.

Articles sur le meme sujet
LMD_nourriture_drogue

Obésité: quand la nourriture devient une drogue

Chez certaines personnes, manger peut se transformer en addiction avec, comme conséquence, le surpoids ou l’obésité et leurs complications. Un problème dont l’origine est en partie biologique, mais qui a aussi d’autres composantes.
LMD_mangez_sainement_sante

Mangez sainement, c’est bon pour votre santé mentale

Quel est l’impact de l’alimentation sur la santé psychique? Cette question est au cœur de la psychiatrie nutritionnelle, une discipline médicale nouvelle qui accumule de plus en plus de preuves sur les liens entre nutrition et psychisme.
LMD_obésité_infantile_publicité

Obésité infantile: la publicité mise en cause

Alors que l’obésité infantile ne cesse d’augmenter, certains pays réglementent la promotion de la malbouffe. La Suisse est à la traîne. Faut-il légiférer comme pour les produits du tabac?
Videos sur le meme sujet

Révolution dans la lutte contre l'obésité: découverte de nouvelles cellules adipeuses

Des chercheurs suisses de l'EPFL, de l'Institut de Bioinformatique, du CHUV et de l'Université de Lausanne ont identifié un nouveau type de cellules adipeuses qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes accumulent de la graisse autour de la taille, augmentant le risque d'obésité.

Parlez-moi d'œufs… et de leur intérêt nutritionnel

A l'occasion de la fête de Pâques, chaque jour de la semaine du 14 au 18 avril 2014 Huma Khamis vous propose un gros plan sur une particularité des œufs.

Certaines protéines peuvent nous protéger de notre propre système immunitair

Dans une récente exploration scientifique menée par l'équipe de l'EPFL, une lumière nouvelle est jetée sur le fonctionnement complexe de notre système immunitaire.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.