Calories: le saviez-vous?

Dernière mise à jour 10/02/12 | Le saviez-vouz
Carrés de chocolat
Des calories qui brûlent littéralement, une différence hommes-femmes et l’influence de la calorie sur la prise de poids. Si vous ne le saviez pas encore, à lire absolument.
  • On peut mesurer la quantité d’énergie fournie à l’organisme par l’alimentation en brûlant un échantillon d’aliment (un ou deux grammes déshydratés sinon il ne brûle pas !) dans une «bombe» dite calorimétrique.
    Une véritable  explosion se produit. Celle-ci dégage une quantité de chaleur en fonction de la valeur énergétique de l’aliment.
    Une kilocalorie = la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’1 kg d’ H2O de 1 degré.
    Si le volume d’H2O – qui se trouve dans l’enceinte du calorimètre – augmente de 9 °C (pour 1 g d’aliment tel que de l’huile), la valeur énergétique brute (in vitro) sera donc de 9 kcal/g.
  • Pour le même poids, les besoins énergétiques des filles sont inférieurs de 15 à 20 % à ceux des garçons. Les raisons en sont:
    a) un poids et une taille moins élevés;
    b) une masse musculaire plus faible. La dépense journalière  d’un garçon de 45 kg est donc similaire à celle d’une fille de 60 kg sans surpoids (environ 2600 kcal par jour)!
  • L’exemple ci-après illustre l’influence déterminante de l’apport calorique sur la prise de poids.
    Lors de la consommation d’un surplus de 20 kcal par jour en plus des besoins journaliers (= un carré de chocolat = 3 g en moyenne), que se passe-t-il?
    20 kcal × 365 jours = 7700 kcal sur une période d’une année
    Ce surplus de 1 carré de chocolat quotidien aboutit à une prise de poids approximative de 1 kg en une année. Attention, cette valeur n’est pas extrapolable à 5-10 ans!
    C’est dire si l’organisme est normalement une machine de haute précision, capable d’ajuster parfaitement les apports caloriques par rapport aux dépenses. Pourtant, un certain nombre d’individus ont plus de difficulté à opérer cet ajustement. En mangeant  en excès, ils prendront du poids.
Référence

Extrait de «Alimentation et surpoids à l’adolescence, Manuel de prévention et ateliers pratiques»,  Dr Dominique Durrer et Yves Schutz, Médecine et Hygiène, 2010.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
faute_fodmap

Ballonnements, diarrhée, mauvaise digestion… et si c’était la faute des FODMAP?

Ces sucres à chaînes courtes peuvent causer des problèmes aux personnes sensibles, mais attention à ne pas les éviter sans raison.
Walter Wahli: «La nutrition a une influence capitale sur nos gènes»

«La nutrition a une influence capitale sur nos gènes»

Apparue récemment, la nutrigénomique étudie les interactions entre notre alimentation et nos gènes. Son but: prévenir certaines maladies métaboliques comme le diabète en déterminant des profils alimentaires individualisés. Interview du Pr Walter Wahli, fondateur du Centre intégratif de Génomique de l’Université de Lausanne.
graisses_role_benefique

Les graisses jouent un rôle bénéfique pour la santé

Pendant longtemps, le dogme d’une alimentation pauvre en gras a prévalu. Une étude, parue dans le très sérieux « Lancet », bouscule aujourd’hui cette affirmation.
Videos sur le meme sujet

Maigrir sans reprendre? Le rôle des cellules adipeuses et de la graisse brune

Le tissu adipeux est un organe important, d’abord quantitativement, puisque même chez une personne maigre, il peut atteindre 15 à 25% du poids total.

Précarité et prédispositions génétiques face à l’obésité

Face à l’obésité, nous ne sommes pas tous égaux.

Grossesse et obésité: un duo à risque

Obésité et grossesse forment un duo à risque pour la santé des mères et de leur enfant.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.