Intolérance au gluten: tout savoir sur la maladie cœliaque

Dernière mise à jour 13/02/14 | Article
Intolérance au gluten: tout savoir sur la maladie cœliaque
Contraignante et compliquée, l’intolérance au gluten est éprouvante à vivre au quotidien. Des symptômes au diagnostic, du traitement à sa réussite, le processus de cette maladie est un véritable parcours du combattant. On fait l’état des lieux.

L’intolérance au gluten –ou maladie cœliaque– est une maladie inflammatoire chronique liée à l’absorption de gluten. Elle apparaît souvent dès le plus jeune âge, mais peut également se déclarer au cours de la vie adulte. On estime aujourd’hui qu’elle touche entre 1 et 2,5% de la population mondiale, et ce principalement dans les pays développés.

Le gluten, un hôte indésirable

La maladie cœliaque est une réaction du système immunitaire à l’ingestion de gluten, une protéine présente dans des céréales telles que le blé, l’orge et le seigle. Lors de la digestion, le gluten ingéré libère un peptide, la gliadine. Comme dans le cas d’une allergie, le corps perçoit la gliadine comme un élément hostile et engendre une réaction excessive du système immunitaire pour la contrer. Cette réaction entraîne la destruction progressive des villosités dont sont recouvertes les parois de l’intestin, empêchant ainsi une absorption normale des aliments.

Les différentes formes de la maladie

Cette réponse immunitaire anormale a toutes sortes de conséquences sur les individus qui en sont atteints, dont les principales sont des symptômes gastro-intestinaux. A ces derniers sont associés des indices de malnutrition: perte de poids, retard de croissance chez l'enfant, manque d’énergie et grande fatigue.

Dans les cas classiques de la maladie, ces symptômes apparaissent chez les jeunes enfants dès l’introduction d’un régime alimentaire normal. Or, la maladie cœliaque peut revêtir différents visages et se présenter sous des formes très atypiques. Dans ce genre de cas, les symptômes peuvent apparaître plus tardivement et être difficiles à déceler; ils se manifestent souvent en dehors du système digestif, par exemple au niveau dermatologique ou musculaire.

Il existe par ailleurs des formes silencieuses de l’intolérance au gluten (le patient est porteur de la maladie mais n’en présente pas les symptômes) ou latentes (le patient a une propension à développer la maladie mais elle ne s’est pas encore déclarée). Enfin, on parle de forme réfractaire lorsque les symptômes habituels s’accompagnent de complications graves, telles que des ulcères ou des cancers.

Etablir le diagnostic

Alors comment établir avec certitude le diagnostic de cette maladie, au vu de ses formes variées? Dès l’apparition des symptômes énoncés précédemment, la présence d’une intolérance au gluten doit être vérifiée. Il est donc nécessaire de recourir à un test sérologique par une prise de sang. Ce premier test de dépistage recherche la présence d’anticorps spécifiques dans l’organisme. En cas de résultat positif, on procédera ensuite à un deuxième examen de confirmation: la biopsie intestinale (analyse des cellules intestinales), réalisée au cours d’une endoscopie digestive haute. En cas de résultat positif de ces deux examens, le diagnostic peut être établi avec certitude.

L’éviction totale du gluten

Le meilleur et unique traitement de la maladie cœliaque est un régime nutritionnel sans gluten, c’est-à-dire l’éviction totale de tout aliment susceptible de contenir cette protéine… Une tâche extrêmement difficile, au vu de la présence souvent cachée de gluten dans de nombreux produits alimentaires, mais aussi dans des médicaments, des jouets et des cosmétiques (dentifrices et baumes pour lèvres). Le régime doit être suivi de façon très rigoureuse et nécessite de ce fait une prise en charge diététique spécialisée, chargée de pallier les éventuelles carences alimentaires engendrées et d’assurer un équilibre nutritionnel.

Une fois le régime alimentaire instauré, il est recommandé d’effectuer des tests sérologiques de façon régulière afin de contrôler le taux d’anticorps lié à la gliadine: en cas de bonne adhérence au régime,  ce taux d’anticorps diminue progressivement. En cas de doute, il est recommandé d’effectuer à nouveau une biopsie intestinale de confirmation.

Quand la maladie se complique

Il arrive cependant que certains patients cœliaques ne répondent pas au traitement malgré une observance stricte du régime d’au moins six mois. Il s’agit d’une complication rare de la maladie cœliaque, dite «réfractaire», souvent associée au développement de cancers. Dans ce cas, tous les diagnostics doivent être revus et les maladies sous-jacentes activement recherchées.

De nouveaux traitements à venir

La difficulté à adhérer au régime sans gluten a encouragé les chercheurs à imaginer de nouveaux traitements pour les patients cœliaques. Ces derniers s’intéressent en particulier à la confection d’une combinaison d’enzymes digestives qui viendrait modifier la réaction excessive du système immunitaire. Une thérapie qui révolutionnerait la vie des patients cœliaques, mais qui, actuellement, est toujours à l’état d’ébauche.

Adapté de «Maladie cœliaque: état des lieux», par Drs S. Godat, D. Velin, A. M. Schoepfer et M. H. Maillard, Service de gastroentérologie et d’hépatologie, Dr V. Aubert, Service d’immunologie et d’allergologie, Dr A. Nydegger, Unité de gastroentérologie, Service de pédiatrie, CHUV, in Revue médicale suisse 2013;9:1584-9, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Des biomarqueurs prouvent la réalité d’une sensibilité au gluten

De plus en plus de gens disent souffrir lorsqu’ils mangent du gluten. Des chercheurs américains auraient trouvé un marqueur qui expliquerait les causes biologiques de cette sensibilité.

Le gluten et ses maladies

Le «gluten free» est un mode de régime alimentaire en vogue, et pourtant peu de gens souffrent réellement d’une maladie liée à l’ingestion de gluten. En effet, la maladie cœliaque, anciennement appelée «intolérance au gluten», ne touche que 1% de la population. Mais sa consommation peut également entraîner d’autres troubles.

Régime sans gluten: bon pour la santé?

Qu’ont en commun Novak Djokovic, Jennifer Aniston ou encore Victoria Beckham? Ces trois célébrités ont toutes opté pour une alimentation sans gluten. Mais ce choix est-il réellement meilleur pour la santé? Qu’en pensent les scientifiques? On fait le point sur les bienfaits réels ou supposés d’un régime sans gluten.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.