Comment l’addiction modifie le cerveau

Dernière mise à jour 22/03/17 | Article
Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.

L’héroïne, la cocaïne, l’ecstasy, ou encore le tabac, l’alcool et les médicaments anxiolytiques: ces substances agissent toutes de la même manière sur le cerveau. Elles augmentent le niveau de dopamine dans le circuit de la récompense et créent ainsi une sensation de plaisir qui peut devenir addictive. Comment se fait-il que des produits aussi différents puissent avoir les mêmes effets sur nos neurones? C’est la question qui a été à l’origine des travaux de Christian Lüscher et qui a conduit ce professeur de neurosciences de l’Université de Genève (UNIGE) et neurologue aux Hôpitaux Universitaires de cette ville (HUG) à décrypter les mécanismes moléculaires à l’origine de l’addiction.

«Lorsque j’ai commencé ces recherches, il y a une quinzaine d’années, on pensait que les drogues dures détruisaient les cellules nerveuses», explique-t-il. C’était faux puisque, comme l’a montré le spécialiste, «ces substances agissent en modifiant la communication entre les neurones».

Communication perturbée entre les neurones

Les cellules nerveuses se connectent entre elles au niveau des synapses. Dans ces zones de jonction, elles se transmettent l’information par l’intermédiaire de messagers chimiques, les neurotransmetteurs. Parmi ceux-ci figure le glutamate, «le plus excitateur chez les mammifères», constate le chercheur genevois.

Addiction et dépendance

Dans le langage courant, ces deux termes sont souvent indifféremment utilisés pour qualifier un comportement qui pousse un individu à se droguer ou à fumer. Pour le Pr Christian Lüscher, ils ne sont pas synonymes. «Il y a dépendance lorsque l’arrêt de la consommation de la substance engendre le sevrage». Alors que l’addiction conduit «à une recherche compulsive de consommer en dépit des conséquences négatives». Toutefois, seule «une personne sur cinq est vulnérable à l’addiction». Les autres peuvent prendre ces produits sans pour autant devenir accros.

En travaillant sur des souris, un neuroscientifique californien avait observé qu’une seule injection de cocaïne changeait la transmission du glutamate dans l’aire tegmentale ventrale – une région du cerveau impliquée dans le circuit de la récompense – et induisait des transformations qui provoquaient une addiction pendant une semaine. Renouvelant l’expérience, l’équipe genevoise a constaté, précise Christian Lüscher, «qu’en quelques heures, le nombre des synapses glutaminergiques augmentait leur efficacité dans cette aire». Et cela, en réponse à la libération excessive, provoquée par la cocaïne, d’un autre neurotransmetteur, la dopamine, qui intervient aussi dans le processus d’apprentissage lié à l’obtention d’une récompense. «En modifiant la malléabilité de certaines synapses, la cocaïne stimule de façon anormale ce processus d’apprentissage que la personne ne contrôle plus. Cela la pousse à consommer la substance». Au fil de ses recherches, le scientifique a précisé les rouages moléculaires des mécanismes de l’addiction, non seulement à la cocaïne, mais aussi aux autres drogues.

Effacer les traces

Ce processus peut toutefois être réversible. Le cerveau dispose d’un système de défense contre ce type de perturbation et les chercheurs de l’UNIGE ont identifié des protéines qui y participent. En agissant sur elles à l’aide d’une substance pharmacologique, ils sont parvenus à restaurer une communication normale entre les neurones des souris et à les débarrasser de leur accoutumance à la cocaïne.

Ce serait une piste intéressante pour traiter les toxicomanes. Cependant, «la molécule que nous avons utilisée pour nos expériences n’est pas disponible en quantité suffisante pour être testée chez l’être humain», constate Christian Lüscher.

Tout espoir n’est pas perdu pour autant. Le chercheur et ses collègues ont réussi à renverser le processus d’addiction par une autre voie. Ils ont «réparé» les synapses en stimulant certains de leurs neurones en amont à l’aide de l’optogénétique. Cette technique, qui combine optique et modification génétique, est très précise puisqu’elle permet d’agir uniquement sur le neurotransmetteur ciblé. Mais son volet génétique la rend inapplicable à l’être humain.

En revanche, la stimulation cérébrale profonde, qui stimule les neurones à l’aide d’un courant électrique, bien que beaucoup moins spécifique, a le mérite d’être couramment utilisée pour traiter des maladies comme celle de Parkinson. Tirant parti des avantages de chacun des deux traitements, Christian Lüscher et son équipe ont associé «la stimulation par un courant électrique de basse fréquence à une substance bloquant les effets de la dopamine». Leurs résultats, probants sur des souris, ouvrent la voie à l’élaboration d’un nouveau traitement de l’addiction.

_________

Source: Paru dans le magazine Planète Santé N°25, mars 2017.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Cigarette électronique
vapotage_nocif_pas

Le vapotage: nocif ou pas?

Inventée en Chine au début des années 2000 puis peu à peu distribuée sur le marché mondial, la cigarette...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
substances_mieux_fonctionner

Des substances pour mieux fonctionner?

Le marché regorge de produits qui nous permettraient d’aller mieux, d’être plus efficace et moins stressé. Faut-il pour autant céder à la tentation? Au salon Planète Santé live, une conférence menée par la Pre Barbara Broers, spécialiste des addictions aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), et Bengt Kayser, professeur à l’Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne (UNIL), pose la question et nous invite à nous interroger.
Une aide est indispensable pour sortir de l'alcoolisme

Une aide est indispensable pour sortir de l'alcoolisme

En Suisse, près de 25% de la population adulte dépasse la ligne rouge fixée par l’OMS en matière de consommation d'alcool.
vin_plaisir_dose

Le vin peut être un plaisir quotidien, mais à petite dose

Le vin entraîne peu de risques pour la santé quand il est consommé à faible dose. Mais l’excès a de fortes répercussions sur le cerveau, le foie et le cœur.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.

Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.