Quelques règles d'hygiène du sommeil

Dernière mise à jour 19/03/13 | Top conseils
Quelques règles d'hygiène du sommeil
Pour bien dormir, il est essentiel de respecter certaines règles simples. Voici en dix points le secret pour passer des nuits paisibles.
  1. Le sommeil est soumis à un rythme, rythme qui varie selon les personnes. Il convient de le respecter, avec des heures de coucher et surtout de lever qui doivent être constantes. Cet horaire constant a un effet synchroniseur sur le cycle veille-sommeil. Se lever tard le matin ne fera que retarder l'heure du coucher de la nuit suivante et empiétera sur les heures de sommeil de la nuit à venir. Bien qu’il soit utile de se coucher à des heures pas trop variables, il est préférable de ressentir une certaine fatigue.
  2. Il faut avant tout réserver le temps passé au lit au sommeilet aux activités sexuelles. En effet, il faut dissocier le lit de toute activité non compatible avec le sommeil comme lire, regarder la télévision, manger.
  3. Au cours de vos éveils nocturnes, si vous ne parvenez pas à vous rendormir, il vaut mieux vous relever, quitter votre chambre et vous occuper, jusqu'à l'arrivée de votre prochain cycle de sommeil, en vous livrant à quelques occupations délassantes (lecture, musique, etc.). Le sommeil est d'autant plus fuyant que nous nous acharnons à le trouver et que notre tension nerveuse est importante.
  4. Si vous avez déjà des problèmes de sommeil, évitez les siestes au cours de la journée ou des périodes de somnolence. En suivant ce conseil, vous ne fragmenterez pas votre sommeil en plusieurs périodes et vous consoliderez votre nuit.
  5. L'exercice physique est recommandé, mais il faut l'éviter en fin de soirée. En effet, il augmente la température du corps et provoque une excitation tant physique que psychologique incompatible avec un bon sommeil. Par contre, une promenade est tout à fait recommandée. Il faut également éviter les bains trop chauds juste avant d'aller se coucher, ou une activité intellectuelle intense prolongée jusque tard dans la nuit, qui produit une excitation.
  6. Il est également recommandé de maintenir des horaires de repas constants et surtout d'éviter les repas trop lourds en fin de soirée et juste avant de dormir. Ne pas manger assez est également peu judicieux car on eut alors être réveillé par une fringale nocturne. Il faut avant tout éviter les excitants comme le café, les boissons au cola, les cigarettes, et bien sûr l'alcool. Si l'alcool est utilisé par certaines personnes comme inducteur du sommeil, il provoque un sommeil de mauvaise qualité, peu réparateur et déstructure à long terme le sommeil. Il est préférable de prendre une tisane.
  7. Il faut également créer les meilleures conditions d'environnement possibles: éviter le bruit, une chambre trop chaude ou trop froide, choisir un lit confortable. On s’endort évidemment mieux dans de bonnes conditions de confort, de tranquillité et d’obscurité plus ou moins complète.
  8. Sachez aussi éviter la «rumination» au lit.Tenter de résoudre ses problèmes avant de s'endormir ne peut que provoquer une anxiété et une tension nerveuse qui produisent des difficultés à l’endormissement et donc une insomnie. Apprenez à vous relaxer avant de vous coucher.
  9. Surtout, évitez l'autoadministration de somnifères. Ne les prenez que sur avis médical, tout en sachant qu'il est préférable de les utiliser à doses faibles – surtout chez les personnes âgées – pour un temps très limité (parfois en séries interrompues) et qu'il ne faut pas les supprimer brusquement mais diminuer progressivement les doses, en accord avec votre médecin.
  10. Les enregistrements au laboratoire ont montré que l’on dort davantage qu’on ne le croit et la durée des éveils nocturnes est souvent surestimée. Il est préférable de rechercher un sommeil bien organisé et continu plutôt qu’un sommeil prolongé.
Source

Centre d'investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) – CHUV

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Alcoolisme

Alcoolisme et efficacité du baclofène, la question reste ouverte

Les recherches en cours sur cet ancien médicament ne délivrent pas encore une réponse univoque.
Videos sur le meme sujet

La réalité virtuelle: soigner les phobies et les addictions

La réalité virtuelle quitte petit à petit les sphères académiques pour entrer dans les vies du grand public.

Alcoolisme: la vulnérabilité des seniors

A l'heure où débute la "semaine alcool 2015", Antoine Droux focalise son attention sur une population très à risque et vulnérable vis-à-vis des problèmes d’alcool: les personnes âgées.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.

Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.