Pousser les ados à boire via Facebook

Dernière mise à jour 15/02/12 | Article
Adolescente à son ordinateur
La publicité pour l’alcool n’est pas interdite sur Facebook. Quelle est l’influence des réseaux sociaux sur la consommation des plus jeunes? Le point avec le Dr Thierry Favrod-Coune, référent alcool pour la médecine de premier recours des HUG.

Un producteur d’alcool américain a conclu un contrat publicitaire de plusieurs millions de dollars avec Facebook, rapporte Addiction Suisse. La publicité pour l’alcool n’étant pas interdite sur le réseau social alors qu’elle l’est dans plusieurs pays. Par ce canal, ce producteur a obtenu une augmentation de 20% des ventes sur cinq de ses produits phares aux USA.

Des études scientifiques viennent justement de mettre le doigt sur l’influence des réseaux sociaux sur la tendance des jeunes à abuser de certaines substances. « L’alcoolisation massive nous préoccupe car des études relèvent qu’elle a tendance à devenir une norme parmi les jeunes de 16-25 ans», annonce le Dr Thierry Favrod-Coune, référent alcool pour la médecine de premier recours des HUG.

Mais ce qui inquiète d’autant plus les spécialistes c’est que le public-cible dépasse le cadre des adolescents puisque des enfants de  8-12 ans surfent déjà sur Facebook.

Le rôle des réseaux sociaux

Sachant cela, la question qui se pose est : cette consommation massive est-elle accentuée par la publicité? «On sait que l’interdiction de la publicité diminue la consommation et  a donc un effet positif de protection de la jeunesse. Utiliser Facebook est un moyen de contourner les législations nationales. Donc oui, c’est un véritable danger pour les adolescents et les enfants», répond le spécialiste.

Autre aspect lié aux réseaux sociaux: la socialisation. L’adolescent a besoin de s’identifier à un groupe et Facebook symbolise cette appartenance à une communauté. Si l’alcool apparaît dans ces échanges en étant présent à l’écran, il y a interaction, dangereuse, entre alcool et socialisation. «On sait que l’effet groupe peut favoriser la normalisation d’une alcoolisation dangereuse. Et le réseau social est l’expression par excellence de ce besoin de socialisation. Donc pour moi,  la présence de l’alcool sur Facebook est vraiment un sujet digne d’intérêt, et d’inquiétude, malheureusement» explique le médecin.

Toucher les plus petits

Facebook est aussi consulté par des enfants. Même si, théoriquement, le site s’en défend.

«A l’âge de 12 ans, on se situe dans le contexte du premier contact avec l’alcool et pas encore dans celui des 16-25 ans qui sont eux déjà clairement exposé à cette substance. Les recherches démontrent que plus ce premier contact est précoce, plus le risque de dépendance future est grand. Il s’agit donc de reculer ce premier contact. Alors certes, si l’enfant croise des annonces pour l’alcool sur Facebook, cela peut l’interpeller, éveiller sa curiosité. C’est donc un effet pervers de ce genre de publicité. Pour la contrer, il serait intéressant d’infiltrer Facebook avec des messages inverses de prévention», conclut le Dr Thierry Favrod-Coune.

A LIRE AUSSI

Alcool

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Alcool
Rangée de bouteilles

L'alcoolique face à ses émotions

Le patient alcoolique est démuni face aux situations émotionnelles. Pour lui, il est plus facile de boire...
Lire la suite
Drogues
interview_luscher_addiction

«L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes»

Ces phénomènes n’affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Illustré_dry_january_mettre

«Dry January» ou janvier sans alcool: pourquoi faut-il s’y mettre?

Pour la première fois, la Suisse soutient officiellement la campagne «Dry January» (lire encadré). Lancée en Grande-Bretagne en 2014, elle prône un mois d’abstinence d’alcool en janvier. Selon les experts, ce janvier sec permettrait de sensibiliser la population face à la banalisation de la consommation d’alcool. Pourquoi pourriez-vous y mettre, vous aussi? Les explications de la professeure Barbara Broers et du docteur Thierry Favrod-Coune, tous deux spécialistes en addictologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
PS37_gmel_personne_soigne

«Seule une personne sur dix se soigne»

En 2019, le Pr Gerhard Gmel a reçu le prestigieux Prix Jellinek pour ses travaux sur la consommation d’alcool. Chercheur à Addiction Suisse et professeur associé à la Faculté de biologie et de médecine au sein du Service de médecine des addictions du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il nous parle de ses travaux et soulève les enjeux de la problématique épineuse des addictions.
LMD_fêtes_gueule_de_bois

Des fêtes de fin d’année sans gueule de bois?

Éviter les lendemains de fête difficiles, un Graal pour beaucoup de personnes. Des scientifiques ont récemment publié des travaux dans lesquels ils ont évalué les effets de plantes et de sels minéraux censés limiter les symptômes de la gueule de bois.
Videos sur le meme sujet

Je pense qu’un de mes proches boit trop, comment lui dire ?

Face à une consommation excessive d’alcool, il peut être légitime de s’inquiéter. Mais lorsqu’un proche boit trop, comme aborder ce sujet le plus sereinement possible?

Le comment du pourquoi: médicament et alcool

La consommation modérée d'alcool est-elle vraiment déconseillée avec la prise de médicaments?

La consommation modérée dʹalcool ne protège pas des AVC

Il nʹest pas rare dʹentendre quʹun ou deux verres dʹalcool par jour, de vin par exemple, protègerait des accidents vasculaires cérébraux (AVC).
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.