Le futur de la médecine

Dernière mise à jour 22/09/16 | Vidéo
Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Pour faire face à ces défis, des chercheurs du monde entier concentrent leurs efforts sur la prévention, la prédiction, le prédiagnostic, l’amélioration des traitements. Ils travaillent sur le big data, sur les outils technologiques du patient de demain, sur les nanotechnologies, qui permettront peut-être un jour de mieux vivre avec une maladie, de marcher après une rupture de la moelle épinière, de prédire un infarctus ou une hypoglycémie. En Suisse romande, en plein cœur de la Health valley, nous avons plongé dans les entrailles de cette révolution de la médecine.

Avec Benoît Dubuis, directeur du Campus Biotech, Genève.
Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse.
Grégoire Courtine, prof. associé, chaire IRP réparation moelle épinière, EPFL Sion.

Articles sur le meme sujet
 immunotherapie_futur

L’immunothérapie, arme du futur

Cette approche stimule le système immunitaire pour combattre le cancer. Un vaccin thérapeutique bientôt en étude de phase II aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
humanitaire_innovation

Médecine humanitaire: l’innovation low cost

Pour certaines régions du globe, prendre en compte les conditions dans lesquelles on utilisera les équipements médicaux est fondamental.
Videos sur le meme sujet

La face sombre du glutamate

Stéphane Délétroz se penche sur les effets négatifs du glutamate.

Quand la graisse est transformée en cellule pour délivrer de l’insuline

Des chercheurs bâlois et zurichois sont parvenus à transformer des cellules graisseuses adultes en cellules à insuline.

Le boom des dépistages du gène BRCA

En mai 2014, l'actrice Angelina Jolie annonçait s’être fait enlever les deux seins à titre préventif puis, dix mois plus tard, les ovaires. L’actrice était porteuse d’une mutation du gène BRCA qui peut conduire au développement de cancers.