Cigarette: après l’«électronique», la «pharmaceutique»

Dernière mise à jour 28/06/13 | Article
Cigarette: après l’«électronique», la «pharmaceutique»
Grandes manœuvres dans l’industrie du tabac. La Grande Bretagne annonce que tous les produits contenant de la nicotine seront considérés comme des dispositifs médicaux et les multinationales annoncent leur entrée prochaine sur le marché en pleine explosion de la e-cigarette.

Les autorités sanitaires britanniques ont récemment pris position sur la cigarette électronique. Dans un communiqué rendu public le 12 juin, le MHRA (organisme chargé de la réglementation de tous les médicaments et dispositifs médicaux au Royaume-Uni) annonce que les e-cigarettes devront prochainement être considérées comme des éléments médicamenteux. Deux arguments sont avancés: elles contiennent de la nicotine et elles peuvent être considérées comme des produits de sevrage du tabagisme. A ce titre, les utilisateurs sont en droit de demander des garanties d’innocuité et d’efficacité équivalentes à celles offertes par des médicaments.

1,3 million d’utilisateurs de l’autre côté de la Manche

Le tabagisme est responsable de 80000 morts prématurées chaque année au Royaume-Uni et constitue, comme dans de nombreux pays comparables, la première cause de mortalité évitable. A ce titre, c’est une véritable priorité de santé publique, financée comme telle. Les autorités sanitaires britanniques évaluent aujourd’hui à 1,3 million le nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques. En France il est déjà estimé à entre 500 000 et un million et connaît une forte croissance.

Au vu de leurs recherches médicales et scientifiques, les responsables du MHRA estiment que les cigarettes électroniques, pas plus que les produits de substitution au tabac (patches et gommes), n’ont encore véritablement fait la preuve d’une pleine efficacité contre le fléau du tabagisme. Pour autant, ils encouragent leur utilisation. La décision de cet organisme vise à définir un cadre réglementaire d’évaluation et d’homologation pour l’ensemble des produits destinés au sevrage de la consommation de tabac.

Il ne s’agit nullement, souligne le MHRA, d’interdire à la commercialisation des dispositifs que des consommateurs de tabac pourraient trouver utiles pour réduire ou mettre un terme à leur consommation de tabac. Il s’agit au contraire de mettre à leur disposition les alternatives les plus sûres et les mieux validées.

Pragmatisme britannique

Ce n’est pas tout: le gouvernement britannique va s’employer à modifier le droit communautaire afin de créer un statut juridique européen permettant qu’à l’échelle européenne l’ensemble des produits contenant de la nicotine soient désormais considérés comme des médicaments ou des dispositifs médicaux, dans le cadre de la révision de la directive relative aux produits du tabac qui devrait être adoptée en 2014. En attendant, les autorités britanniques encouragent tous les fabricants de cigarettes électroniques à entreprendre les travaux préliminaires à l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché qui devra être obligatoire à compter de 2016.

Le Royaume-Uni développe une politique pragmatique et volontariste de prise en charge du sevrage au tabac; politique qui, comme le montre cette publication spécialisée, a déjà démontré son efficacité et son caractère rentable.

Un marché en devenir

Le monde de la cigarette électronique se rapproche à grande vitesse de celui de l’industrie pharmaceutique. Les géants (Altria –Philip Morris USA–, Reynolds) ne cachent plus leur volonté de gagner de nouvelles parts de marché. Aux USA, tous les fabricants se lancent, les uns après les autres, dans la cigarette électronique. Nouvelle preuve de l’intérêt collectif croissant pour ce produit. Courant août, Altria va expérimenter sur un seul Etat (l’Indiana) le «MarkTen»: un petit tube équipé d’une batterie, aux vapeurs de tabac classique ou mentholé.

Reynolds American vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de son e-cigarette, connue sous le nom de «Vuse». Le test se déroulera dans le seul Etat du Colorado, mais sera appuyé par une campagne publicitaire à la télévision (aux USA, l’interdiction d’antenne de spots tabac ne concerne pas l’e-cigarette). Lorillard, le numéro trois américain, est déjà sur le marché: ses cigarettes «Blu» sont présentes dans plus de 80 000 points de vente. Le marché de la cigarette électronique aux USA est en devenir. Un fumeur adulte sur cinq l’aurait essayé en 2011 et l’e-cigarette n’est pas encore réglementée. La Food and Drug Administration (FDA) s’y prépare avec, dans la foulée et sans véritable surprise, la mise en place d’un système de taxations.

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Un nouveau laser pour le traitement de la prostate

Un nouveau laser pour le traitement de la prostate

Un laser permet d’opérer l’hyperplasie bénigne de la prostate. Contrairement aux interventions classiques,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Les bactériophages, des virus qui remplacent les antibiotiques

Avec l’émergence de «superbactéries» résistant à tous les traitements, une approche thérapeutique revient au goût du jour. En Suisse, l’Université de Lausanne et le CHUV y travaillent.

La santé des femmes fragilisée par leur sous-représentation en recherche clinique

Les études cliniques ont souvent mis les femmes de côté, bien qu’elles représentent la moitié de la population mondiale. Cette exclusion mène à une prise en charge médicale de moindre qualité.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.