Slow up: envie de bouger

Dernière mise à jour 17/11/11 | Vidéo
Bouger est bon pour la santé et améliore la qualité de vie. Pourtant, le mouvement n'est pas toujours évident à inclure dans nos emplois du temps chargés.

Si certaines personnes bougent avec plaisir, pour d'autres, c'est plus difficile. 37% de la population suisse est sédentaire et ne pratique aucune activité physique.

Il semble que ce soit dans la nature de l'homme de faire des réserves caloriques et de dépenser le moins d'énergie possible... une stratégie utile en période de disettes. Mais voilà, aujourd'hui on vit dans une société ou ces comportements font mal : la sédentarité et le surpoids sont responsables de nombreuses maladies, alors que la pratique régulière de l'exercice physique améliore la qualité de vie.

C'est pour faire la promotion du mouvement qu'est apparue ici, sur les rives du lac de Morat en 2000 la première slow up de Suisse avec sa trentaine de kilomètres de route fermés au trafic motorisé. Et de plus en plus d'endroits s'y mettent... avec succès d'ailleurs.

Gilles Crettenand est coordinateur en Promotion de la santé et centre alimentation et mouvement auprès de la LVPP à Sion répond aux questions de l'antidote.

A LIRE AUSSI

Dopage

Le dopage: dangereux et amoral

En compétition, mieux vaut être premier que dernier. Pourtant, tous les moyens pour y arriver ne sont pas bons, et certains, tel que le dopage, sont parfois...
Lire la suite
Voyages

Soins à l'étranger: prudence et bon sens

Les Suisses sont toujours plus nombreux à se rendre à l'étranger pour y subir des soins médicaux. Le point sur cette pratique avec l'antidote.
Lire la suite
Altitude

MAM et oedèmes: les maladies de haute altitude

Rien de tel pour la santé qu'une balade en montagne. Mais attention lors de la montée en altitude. Le mal aigü des montagnes peut vous tomber dessus, surtout...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Marcher une heure par jour pour vivre mieux et plus longtemps

Une étude d’une ampleur inégalée vient de le démontrer, on peut (simplement et à peu de frais) combattre les méfaits de la sédentarité. Exemple concret: une heure de marche «efface» huit heures de bureau.

Sexe et petite reine: penser à son guidon

La bicyclette, c’est la vie au 1/43ème: de longues plages de plaisirs fréquemment interrompues par d’épineuses souffrances. Et pédaler n’est pas tout. Il faut aussi songer, en amont des jambes et de cuisses, au devenir de ses parties intimes.

Que manger avant l’effort?

Sucre de raisin ou mars, chacun a son petit secret pour préparer au mieux une activité physique. Une alimentation adéquate peut-elle vraiment aider les sportifs à mieux gérer l’effort? Et si oui, que faut-il privilégier? Les réponses du Docteur Stéphane Borloz, spécialiste de la médecine du sport aux Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Pour une belle vieillesse, bougez et restez curieux

Le nombre de personnes âgées augmente. En 2040, un valaisan sur huit, par exemple, aura plus de 80 ans. Comment relever ce défi au niveau de la prise en charge, des infrastructures et du quotidien ? L'antidote fait le point.

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.

Recommencer le sport, step by step

Nombreux sont les sédentaires et les anciens sportifs ayant arrêté le sport durant une longue période qui veulent commencer ou recommencer à faire une activité physique régulière. Les premiers ne savent souvent pas comment s’y prendre. Les deuxièmes y vont souvent trop fort, trop vite, persuadés de pouvoir retrouver leur ancien niveau du jour au lendemain.