Jogging: à consommer avec modération

Dernière mise à jour 18/07/13 | Article
Jogging: à consommer avec modération
La belle saison nous encourage à profiter du plein air pour faire de l’exercice. Que ce soit pour éliminer l’embonpoint accumulé durant l’hiver ou pour fortifier notre cœur. Mais attention, nous disent les médecins: l’excès peut être dangereux, voire fatal. Surtout si l’effort a lieu quand il fait très chaud.

Alarmés par les accidents cardiaques de plus en plus nombreux dont sont victimes de simples joggeurs, athlètes, ou marathoniens –accidents qui souvent seraient évitables– les médecins s’efforcent désormais de faire passer le message: en matière d’exercice physique, point trop n’en faut!

Car l’actualité nous interpelle de plus en plus souvent. Qui, en effet, n’est pas tombé un jour sur une dépêche du genre «Un homme âgé d’une cinquantaine d’années a été victime d’un malaise cardiaque vendredi après-midi, alors qu’il faisait son jogging au parc des Cropettes. Vers 15 heures, l’homme s’est effondré en pleine course. Le cardiomobile et la police sont intervenus en urgence, mais les secouristes n’ont pu réanimer la victime, qui est décédée sur place».

Depuis Phidippides, dont la légende veut qu’il soit tombé raide mort une fois parvenu à Athènes avec la nouvelle de la victoire des Grecs dans la bataille de Marathon, les exemples de telles morts subites ne manquent pas, chez les footballeurs, les cyclistes ou justement chez les joggeurs amateurs qui se «défoncent» de semaine en semaine.

Les vertus de la modération

L’exercice physique est pourtant bénéfique à notre santé, et particulièrement à celle de notre coeur, à condition toutefois qu’il reste modéré et qu’il procède d’un entraînement régulier. C’est dans cet esprit que la revue Heart (Coeur) a publié récemment un éditorial, sous la plume de deux équipes américaines de Kansas City (Missouri) et de la Nouvelle Orléans (Louisiane). Ses auteurs y soulignent, chiffres à l’appui, que si un exercice physique régulier est certainement favorable à notre système cardiovasculaire et s’il contribue à réduire le risque de décès prématuré, le bénéfice s’estompe dès que l’intensité de l’effort dépasse une certaine limite.

Cela ressort par exemple clairement du graphique emprunté à une étude chinoise menée auprès de plus de 410 000 sujets qui ont été suivis pendant huit ans. Celui-ci montre que le risque de décès (toutes causes confondues) est certes réduit de plus de 40 % chez les individus qui pratiquent un effort physique soutenu en plein air durant 40 à 50 minutes chaque jour, mais que la courbe parvient vite à un plateau lorsqu’on augmente la durée quotidienne de l’exercice. Alors que pour un effort plus modéré, voire léger, le bénéfice semble moindre à première vue (de 20 à 30% seulement de réduction de la mortalité) mais il reste proportionnel à la durée de l’exercice, même au-delà de 110 minutes par jour.

Les auteurs vont même plus loin, en comparant le taux de mortalité des joggeurs à la distance parcourue chaque semaine. Le graphique qu’ils en tirent montre que de quelques kilomètres à une trentaine de kilomètres parcourus chaque semaine la mortalité est réduite de 15% à 25%, alors que dès 40 kilomètres le gain n’est plus que de quelque pourcent, voire inexistant par rapport à un sédentaire.

L’enseignement des Danois

L’intensité de l’effort joue également un rôle important, comme l’a démontré la Copenhagen City Heart Study, qui a suivi plus de 20 000 Danois sur plusieurs décennies. Ceux qui ont le plus bénéficié de leur jogging étaient en effet ceux qui couraient à un rythme modéré durant au maximum 2,5 heures cumulées chaque semaine.

«Un exercice physique trop intense, expliquent les spécialistes, provoque une dilatation du muscle cardiaque et entraîne des microdéchirures ainsi qu’une baisse de la fraction d’éjection, témoin d’une moindre capacité du coeur à se contracter efficacement». De plus, cela mène à une transformation structurelle et électrique du cœur, ce qui annihile certains des bénéfices de l’exercice physique. «Clairement, concluent-ils, le sentiment populaire que plus on en fait, mieux ce sera, se révèle complètement faux».

Troubles dangereux du rythme

Un effort physique particulièrement intense, surtout s’il est pratiqué par forte chaleur ou dans une humidité ambiante élevée, peut aussi entraîner ce que les médecins nomment un «coup de chaleur d’exercice», un phénomène très dangereux pouvant conduire à des dysfonctionnements au niveau de plusieurs organes, voire au décès.

Quant aux morts subites en cours de jogging ou au terme d’un marathon, elles s’expliquent également, comme l’ont montré plusieurs études effectuées en Allemagne et dans le Minnesota, par les dommages infligés au cœur à la suite d’un effort excessif, ou par la présence accrue de plaques d’athéromes, source d’accidents cardiaques.

Les médecins soulignent en outre que les cicatrices laissées dans les parois des oreillettes pourraient faire le lit de dangereux troubles du rythme, précurseurs des fibrillations ventriculaires à l’origine des morts subites.

Notre culture de l’extrême, de plus en plus à la mode, doit résolument être revue à la lumière des nouvelles connaissances médicales.

  

Références :
  • Run for your life… at a comfortable speed and not too far, J. H. O’Keefe et C. J. Lavie, Heart 2013; 99:8 516-519.
  • Le coup de chaleur d’exercice, C. Salathé, C. Pellaton, L. Vallotton, M. Coronado, L. Liaudet, Rev Med Suisse 2012;8:2395-9.
  • The experience of breast pain in female runnersof the 2012 London Marathon, Brown N et al. Br J Sports Med 2013;0:1–6.
  • Consumption of analgesics before a marathon (…): A cohort study, M. Küster, B. Renner, P. Oppel, et al. BMJ Open 2013;3:e002090.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Randonnée

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Marcher une heure par jour pour vivre mieux et plus longtemps

Une étude d’une ampleur inégalée vient de le démontrer, on peut (simplement et à peu de frais) combattre les méfaits de la sédentarité. Exemple concret: une heure de marche «efface» huit heures de bureau.

Sexe et petite reine: penser à son guidon

La bicyclette, c’est la vie au 1/43ème: de longues plages de plaisirs fréquemment interrompues par d’épineuses souffrances. Et pédaler n’est pas tout. Il faut aussi songer, en amont des jambes et de cuisses, au devenir de ses parties intimes.

Que manger avant l’effort?

Sucre de raisin ou mars, chacun a son petit secret pour préparer au mieux une activité physique. Une alimentation adéquate peut-elle vraiment aider les sportifs à mieux gérer l’effort? Et si oui, que faut-il privilégier? Les réponses du Docteur Stéphane Borloz, spécialiste de la médecine du sport aux Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Pour une belle vieillesse, bougez et restez curieux

Le nombre de personnes âgées augmente. En 2040, un valaisan sur huit, par exemple, aura plus de 80 ans. Comment relever ce défi au niveau de la prise en charge, des infrastructures et du quotidien ? L'antidote fait le point.

Slow up: envie de bouger

Bouger est bon pour la santé et améliore la qualité de vie. Pourtant, le mouvement n'est pas toujours évident à inclure dans nos emplois du temps chargés.

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.