Quand le mariage, au fil du temps, vous empêche de voir la vie en rose

Dernière mise à jour 27/05/14 | Article
Quand le mariage, au fil du temps, vous empêche de voir la vie en rose
Des chercheurs américains en psychologie dressent un bilan pas vraiment rassurant des effets du stress conjugal chronique.

Le mariage, tous les mariés (et ceux qui le furent) le savent, c’est la plus belle ou la pire des choses. Pour ce qui est de la médecine, on a déjà démontré qu’il peut protéger (plus ou moins) contre l’alcoolisme, ou qu’il peut être un atout en cas de cancer. Mais il y a aussi l’autre face de la réalité: les risques d’apparition d’une forme de vulnérabilité à la dépression. Risques associés au stress conjugal chronique. C’est la conclusion d’une étude de chercheurs de l’Université de Wisconsin-Madison qui montre que des tensions prolongées au sein d’un couple peuvent réduire la capacité des deux époux à apprécier les expériences positives et des instants partagés qui auraient auparavant été perçus comme éminemment joyeux. Et mener à de véritables syndromes dépressifs.

Stress conjugal

Ce travail a été dirigé par Richard J. Davidson (Psychology Department, Waisman Laboratory for Brain Imaging and Behavior and Center for Investigating Healthy Minds, University of Wisconsin-Madison). Il vient d’être publié dans le Journal of Psychophysiology.1

Cette étude de longue haleine a été menée auprès de 116 participants volontaires, hommes et femmes, mariés et âgés de 39 à 84 ans. Elle a consisté à évaluer le plus précisément possible comment le stress conjugal pouvait influencer la réactivité ou la récupération face à un stimulus émotionnel. Les participants ont, au départ de l’étude, fourni une série de renseignements sur leur «niveau de stress» (sur une échelle de 6 points) qui décrivent leur vécu quant à la qualité de vie avec leur partenaire et leur état vis-à-vis du risque de dépression.

«Muscle de la tristesse»

Neuf années plus tard, de nouvelles évaluations ont été pratiquées. Puis, onze ans après le début de l’étude, les participants ont passé un «test de réaction émotionnelle» en laboratoire: ils ont dû regarder 90 images positives, neutres ou négatives. Dans le même temps, les chercheurs enregistraient leur comportement, et en particulier les mouvements musculaires des sourcils (contractions électriques du sourcilier ou «muscle de la tristesse»).

Pour les chercheurs, la somme de ces analyses montre que les personnes qui présentent les signes les plus marqués de stress conjugal chronique sont moins capables que les autres de savourer des expériences pouvant être objectivement considérées comme «positives», une des caractéristiques des syndromes dépressifs. Ces résultats laissent penser qu’au fil du temps le stress conjugal peut influer sur la santé d’une manière globale. Le stress conjugal a déjà été associé à une incidence plus élevée de troubles psychiatriques, en particulier de dépression majeure.

Méditation

Pour Richard Davidson, professeur de psychologie et de psychiatrie, on peut voir là une cascade d’événements qui, au final, empêchent de «voir la vie en rose»2. Il s’agit, selon lui, d’une donnée importante: ces résultats peuvent aider à comprendre ce qui rend certaines personnes plus vulnérables que d’autres aux émotions négatives et aux troubles mentaux. C’est là un constat qui devrait selon lui inciter au développement d’interventions spécifiques de prévention. Il pourrait, par exemple, s’agir d’avoir recours à la méditation.

1. Le texte (en anglais) de cette étude est disponible ici.

2) L’expression «voir la vie en rose» («tout voir du bon côté») équivaut à une forme de plénitude, de sensation durable d’optimisme. Elle a été rendue célèbre (notamment dans le monde anglophone) par une chanson interprétée par Edith Piaf (1915-1963), chanteuse française dont la vie a été marquée par de nombreux événements, pas toujours heureux. On peut entendre ici une interprétation de cette chanson datée de 1946. On verra ici ce qu’il en est de son histoire.

A LIRE AUSSI

Borderline

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

L’attraction sexuelle génétique entre parents, mythe ou réalité?

Etre attiré par une personne avec qui on a des liens du sang dérange profondément et soulève une foule de questions d’ordre moral et éthique.

Le bébé: un cauchemar pour le couple?

Auréolée de bonheur, l’arrivée d’un enfant n’en bouleverse pas moins le couple, qui devient alors une famille. Un passage délicat qui ne se fait pas toujours sans heurts, mais dont chacun peut sortir grandi.

Non, l'ocytocine n'est pas la molécule de l'amour et de la morale

Pourquoi la mode de l’ocytocine est idiote et dangereuse.
Videos sur le meme sujet

Enfant à haut potentiel: aider sans discriminer

Certains enfants intriguent par leur façon de voir les choses ou par leurs capacités cognitives supérieures à la moyenne. Des tests d'aptitudes permettent de révéler ce que l'on appelle des enfants à haut potentiel. L'Antidote est parti à leur rencontre.

Déprime hivernale: quand les jours raccourcissent, le moral baisse

Dès que les jours raccourcissent, beaucoup de monde a le moral qui baisse. Et c'est même normal, semble-t-il. Quels sont ces mécanismes et quels sont les liens avec les saisons? Le Dr Gustavo Basterrechea nous apporte un soleil d'explications.

Alzheimer et autres démences: dépister et anticiper

Aujourd'hui en Suisse près de 90'000 personnes sont atteinte de la maladie d'Alzheimer ou d'une autre forme de démence. Cette vidéo aborde le sujet avec le médecin chef du service de neurologie de l'hôpital de Sion.