Quand la maltraitance laisse une cicatrice sur l’ADN

Dernière mise à jour 21/03/12 | Article
Petit pion blanc mis en échec par des pions noirs
La maltraitance dans l’enfance peut provoquer des troubles psychiatriques à l’âge adulte. La nouveauté, c’est la découverte d’une modification génétique qui prouve ce lien.

Le fait d’avoir subi de la maltraitance dans son enfance perturbe la gestion du stress de l’individu devenu adulte. Ce qui pourrait juste paraître logique, voire banal, vient d’être démontré scientifiquement. Et même génétiquement. En effet, une équipe des HUG et de la Faculté de médecine a observé dans les cellules sanguines de patients victimes d’abus dans leur enfance une dérégulation du gène récepteur des glucocorticoïdes (NR3C1).

Cette découverte épigénétique, c’est-à-dire liée à une modification des mécanismes de régulation des gènes, reflète bien la collaboration croissante entre psychiatrie et génétique. L’étude des interactions entre des facteurs génétiques et environnementaux et le rôle que celles-ci peuvent jouer dans l’origine et l'évolution des troubles psychiatriques est en effet un domaine de recherches de plus en plus prometteur.

De la maltraitance aux troubles borderline

Comment s’est déroulée cette étude? 101 sujets adultes souffrant d’un trouble de la personnalité borderline, caractérisé par une instabilité dans les relations interpersonnelles, les émotions et l'impulsivité, notamment, ont accepté de prêter leur sang à la science. Les chercheurs ont observé un pourcentage sensiblement plus élevé de modifications épigénétiques sur l’ADN prélevé à partir de cellules sanguines des sujets qui ont été maltraités dans leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives) par rapport à ceux n’ayant pas subi de tels abus. Quelle est la conséquence de cette modification de l’ADN? Elle altère le processus de gestion du stress à l’âge adulte et peut entraîner le développement de psychopathologies telles que le trouble de la personnalité borderline. Il est donc clairement établi que les mécanismes de régulation du stress cérébral peuvent être perturbés de manière durable en cas de maltraitances répétées dans l'enfance.  

Un enfant traumatisé est à risque

La Dr Dora Knauer, pédopsychiatre aux HUG relève que «cette inscription de la maltraitance dans la mémoire cellulaire confirme nos impressions de pédopsychiatres et les études menées par les psychanalystes d’enfants depuis plus de 50 ans sur les traumatismes affectant les petits. Maintenant, nous avons la preuve que tout traumatisme laisse non seulement des traces psychologiques mais aussi biologiques dans l’ADN. Cette découverte d’une modification chimique donne un caractère plus mesurable scientifiquement à des processus que nous constatons chaque jour dans nos consultations. L’enfance, et surtout la petite enfance, est une période très vulnérable face aux traumatismes causés par l’environnement. Le savoir permet d’agir tôt pour éviter que des pathologies psychiatriques se développent ultérieurement. Il ne faut pas laisser le traumatisme se perpétuer. De plus, on vit dans un tel déni des maladies mentales, qui touchent pourtant 20% de la population mondiale, que des découvertes à caractère génétique permettent de parler de psychiatrie autrement.»

Enfin, pour le Dr Nader Perroud, chef de clinique scientifique au Département de psychiatrie des HUG et premier auteur de l’étude «si notre étude était centrée sur le lien entre la maltraitance infantile et certaines psychopathologies, il est important de noter que la causalité d’autres traumatismes violents, tels que l’expérience d’une catastrophe naturelle ou d’un crash aérien, pourrait être étudiée et mener à des conclusions similaires. En outre, le résultat de ces recherches met en avant l’utilité de l’étude du génome pour mieux comprendre et soigner les troubles 
psychiatriques.»

A LIRE AUSSI

Borderline

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

A l’écoute des requérants

Le nombre de personnes migrantes prises en charge pour un stress posttraumatique est en constante augmentation depuis 2012.

Soins psychiatriques pour les migrants

Les requérants d’asile, vulnérables aux problèmes de santé mentale, nécessitent des soins spécialisés et en réseau.

Cette année, c’est décidé: je gère mon stress

Loin d’être néfaste, lorsque la survie est en jeu par exemple, le stress le devient lorsque l’organisme ne parvient plus à réguler ses effets et s’épuise. Nos conseils pour l’éprouver sans en souffrir.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Stress au travail: se battre, s’enfuir ou s’épuiser

L'Antidote se penche sur les effets du stress au travail sur la santé et sur les mesures que peuvent prendre les employés et les entreprises pour lutter contre ce fléau.

Alcool et travail, métro, boulot… alcolo

L’alcool et le travail ne font pas toujours bon ménage. Même si il est parfois associé aux moments de fêtes, pour marquer le départ à la retraite, une promotion, un contrat signé. Il est aussi consommé pour décompresser après un stress particulier ou quotidien et il devient parfois une soupape.