Levée de voile sur les cures détox

Dernière mise à jour 09/11/15 | Article
Levée de voile sur les cures détox
Les cures «détox» fleurissent dans les revues et sur internet. Toutefois, selon les experts, elles ne sont pas utiles pour aider le foie à éliminer les toxines, et seraient même contre-productives.

Après les grands nettoyages de printemps, le corps mériterait aussi son ménage selon des magazines et autres sites internet qui vantent les mérites de cures «détox», censées éliminer les toxines de l’organisme. On nous propose des jus de fruits et légumes à consommer plusieurs jours durant afin de rééquilibrer le système digestif. D’autres cures sur plusieurs semaines bannissent certains aliments (café, thé, lait, sucres) pour les remplacer par d’autres (fruits, légumes, graines). Mais derrière la stratégie commerciale, les cures «détox» aident-elles vraiment à purifier le corps?

Le foie, ce grand nettoyeur

Les toxines s’accumulant dans notre organisme proviennent soit de la dégradation des aliments et des boissons ingérés, soit de la prise de médicaments ou de suppléments vitaminés. Dans la plupart des cas, les toxines correspondent à tout ce qui ne peut pas être utilisé par nos cellules comme énergie, et qui peut être préjudiciable pour le bon fonctionnement du corps.

Notre organisme possède une machinerie extrêmement efficace pour se débarrasser des toxines, qui repose sur un organe clé: le foie. Les cellules du foie rendent solubles les toxines afin qu’elles puissent être éliminées avec l’urine. Par exemple, des parties des protéines sont transformées en molécules d’urée, puis transportées par le sang jusqu’au rein. Là, elles passent dans l’urine où finissent la plupart des déchets. C’est le cas par exemple de l’alcool contenu dans les boissons qui est aussi traité par le foie. L’excédent de cholestérol est quant à lui converti par cet organe en acides biliaires qui sont éliminés dans les fèces.

Si le foie et les reins fonctionnement correctement, ils remplissent leur tâche de détoxification. Quand le corps ne bouge pas, le foie est l’organe du corps qui travaille le plus: il consomme près de 30% de notre énergie (contre 20% pour le cerveau). Mais en cas d’insuffisance hépatique ou de surcharge en toxines, des effets délétères peuvent être observés. Ainsi, si on ingère de l’alcool régulièrement en grande quantité, le foie peut développer une cirrhose. La capacité de travail du foie est très variable d’un individu à l’autre: «Elle dépend de l’âge, du poids et de l’origine ethnique de la personne, commente Pierre Maechler, professeur en physiologie cellulaire et métabolisme à l’Université de Genève. Le foie peut aussi s’adapter à l’élimination de nouveaux composés, comme les médicaments, et se régénérer.»

Les aliments «détox» n’existent pas

Le thé vert et le citron sont souvent cités dans les recettes «détox». Mais selon les scientifiques, ils n’ont pas de propriétés de détoxification du corps. Dans certains cas, les aliments dits «détox» sont des plantes diurétiques, comme le thé vert d’ailleurs, qui favorisent la production d’urine. Mais «ce n’est pas nécessaire de forcer la diurèse en ingérant ces plantes ou en buvant plus d’eau, commente Pierre Maechler. Ecouter sa soif ou contrôler la couleur de l’urine qui doit être ni trop claire ni trop foncée, sont les meilleurs moyens de réguler sa balance hydrique.»

Changer de régime induit un stress

Selon les experts, une cure qui modifie drastiquement l’alimentation n’aide pas le foie, au contraire. «Le changement induit par une cure crée un stress qui modifie la machinerie de détoxification et oblige le foie à s’adapter et travailler plus», explique-t-il. Le meilleur moyen de décharger son foie est d’avoir une alimentation constituée d’apports équilibrés en lipides, glucides complexes et protéines, et diversifiée, c’est-à-dire avec plusieurs sources pour chacun de ces éléments. «Certaines cures proposent de ne consommer qu’un ou deux types d’aliments, ce qui va à l’encontre de ces principes», affirme Pierre Maechler. Bannir des aliments n’aide pas le foie à mieux fonctionner, d’autant plus que celui-ci remplit mieux sa tâche quand on lui fournit l’ensemble des nutriments dont notre corps a besoin quotidiennement. Exception faite des sucres rapides et de l’alcool qu’il vaut mieux consommer en petite quantité voire pas du tout.

Certaines cures, notamment celles à base de jus de fruits, peuvent même avoir des effets secondaires de type hypoglycémie, car elles diminuent sévèrement l’apport calorique. «Le stress métabolique engendré est comparable à celui d’un effort physique aussi intense qu’un marathon, précise le professeur. L’organisme s’appauvrit en sucres, notamment le cerveau qui en est un gros consommateur.» Le foie contient quant à lui des réserves de sucres pour 10 à 15 heures de jeûne mais après cette période il doit en fabriquer à partir des protéines, ce qui entraîne une fonte musculaire et la production d’urée. Le besoin de «se nettoyer le corps» semble moins répondre à un besoin physiologique –le foie remplissant sa tâche– qu’à un besoin psychologique de purification de l’intérieur. Comme celui qui nous pousse à vider le grenier des vieilleries dès l’arrivée des beaux jours.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Paracétamol

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Anti-inflammatoires

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite