Faut-il dépister le cancer de la prostate?

Dernière mise à jour 20/02/12 | Article
Trois générations d'hommes
Le cancer de la prostate est la tumeur maligne solide la plus fréquente chez l’homme, dans les pays occidentaux. Les résultats des études au sujet du dépistage ne concordent pas… Qu’en est-il exactement?

Le dépistage

Par définition, le dépistage a pour but de diagnostiquer une maladie avant que les symptômes n’apparaissent. Ceci vise à diminuer la mortalité liée à cette maladie. Concernant le cancer de la prostate, le dépistage se fait actuellement en associant un toucher rectal et une prise de sang pour doser la PSA (une molécule spécifique de la prostate). Si l’un des deux est anormal, une biopsie de la prostate est effectuée (par voie rectale).

Opération ou surveillance: le grand dilemme

Les traitements à visée curative reconnus du cancer de la prostate sont actuellement la prostatectomie radicale, la radiothérapie externe ou la brachythérapie. Faut il traiter tous les cancers de la prostate? Ces traitements peuvent avoir des conséquences importantes sur le système urinaire et pour la vie intime des patients. D’autre part, le cancer de la prostate se développe très lentement et une partie des patients atteints de cancer ne nécessiteront jamais d’opération. A l’opposé, décider de ne pas opérer peut avoir des répercussions psychologiques liées au stress et à la peur de développer une forme agressive de cancer. Outre ces aspects «subjectifs», c’est également prendre le risque de laisser un cancer se développer.

En réponse à ce dilemme, la «surveillance active» s’impose comme option thérapeutique à visée curative qui permet de différer un traitement invasif jusqu’au au stade où un traitement radical est réellement nécessaire pour éviter les complications liées à l’évolution de la maladie. Ce choix offre un bon compromis: elle permet de suivre la progression naturelle de la maladie, et de ne la traiter qu’en cas de progression. Concrètement, il s’agit de renforcer la surveillance en cas de dépistage anormal. Le toucher rectal et le dosage de la PSA sont alors refaits tous les 3 mois. Si le cancer évolue, l’opération est proposée au patient.

Cette manière de faire permet de retarder ou d’éviter un traitement invasif, dans les cas qui ne le nécessitent pas. Une étude montre que cela permettrait d’augmenter la qualité de vie des patients avec une forme de cancer peu agressive (notamment en évitant les effets secondaires de l’opération).

Et pour l’avenir?

De nombreuses recherches sont en cours: il semblerait que l’utilisation d’échographie guidée par ordinateur, de l’imagerie par résonnance magnétique de la prostate et l’analyse du gène PCA3 (que l’on trouve dans l’urine) puisse faire évoluer les méthodes de stratification du risque lié au cancer de la prostate. Affaire à suivre.

Référence

Adapté de «Surveillance active du cancer de la prostate», Drs Massimo Valerio, Laurent Vaucher, Yannick Cerantola, Pr Patrice Jichlinski du Service d’urologie, Dr Dominik Berthold su Service d’oncologie et Dr Fernanda Herrera du Service de radio-oncologie, CHUV, Lausanne in Revue médicale suisse 2011; 7: 2388-91, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Cancer colorectal

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de la prostate

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être mise en place. Quelles sont les différentes options?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains et inquiéter d’autres. Il est toutefois important de la montrer à son médecin traitant qui pourra rapidement déterminer si le cas est bénin ou s’il nécessite une surveillance ou des investigations supplémentaires. Car il peut aussi bien s’agir d’un kyste que d’une tumeur bénigne ou maligne.

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer de la prostate, s'informer pour mieux faire ses choix

Cancer le plus fréquent chez l'homme après 65 ans, il en touche 2700 en Suisse et cause 1300 décès chaque année. Que faire lorsqu'on approche des cinquante ans? Faut-il se faire dépister, et si le test est positif… quelle suite peut-on lui donner? Petit aperçu avec le Dr. Patrice Jichlinski.

Cancers: faire pencher la balance du bon côté

Avec les progrès de la médecine moderne, les gens vivent plus longtemps et certaines maladies ont quasiment disparu. Mais le cancer fait de plus en plus de morts et s'annonce comme un des défis de la médecine. Cette émission se penche sur cette maladie.

Dépistages: pour qui, pourquoi?

Le dépistage est une mesure préventive qui s’adresse à une population en bonne santé. Il consiste à repérer des maladies avant qu’elles ne deviennent symptômatiques. Et c’est loin d’être simple, il y a tout un équilibre à trouver, entre les intérêts du dépistage et les inconvénients.
Maladies sur le meme sujet

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, près de 440 hommes développent un cancer du testicule, ce qui correspond à 2% de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine.

Cancer de la prostate

Chaque année en Suisse, environ 6100 hommes développent un cancer de la prostate, qui est le cancer le plus fréquent en général: 30% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate. Pratiquement tous les patients (99%) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47% ont même 70 ans et plus.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète