La maigreur aggrave les maladies

Dernière mise à jour 28/08/15 | Article
La dénutrition se caractérise par des apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins de l’organisme
Avoir un indice de masse corporel bas peut entraîner tout un tas de carences et de problèmes de santé, et allonger les séjours hospitaliers. Explications.

Dans une société où la maigreur est érigée en symbole de beauté et de réussite, il est difficile de réaliser à quel point elle peut être nuisible pour la santé. Et pourtant, les personnes dont l’indice de masse corporel est inférieur à 18,5 sont susceptibles de souffrir de différents maux et carences. «Même chez les sujets génétiquement prédisposés à être maigres, la maigreur n’est pas totalement bénigne, explique Andrea Trombetti, médecin adjoint du Service des maladies osseuses des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Le poids stimule les os et les rend plus forts face aux contraintes, alors qui dit faible poids, dit masse osseuse diminuée et fragile.» L’ostéoporose guette donc les silhouettes frêles, même celles qui mangent correctement.

Et lorsque la perte de poids rime avec dénutrition, les conséquences pour la santé peuvent être graves. «Les personnes qui souffrent d’une maladie chronique ont parfois de la difficulté à s’alimenter correctement. Cela peut être dû à un manque d’appétit lié à un traitement qui procure des nausées ou des vomissements, mais aussi à la maladie elle-même si elle touche des organes comme l’intestin ou la sphère ORL, explique Pauline Coti Bertrand, médecin associé au Service d’endocrinologie, diabétologie et métabolisme du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Dans certains de nos services, les personnes dénutries représentent 20% de la patientèle, mais cela peut aller jusqu’à 50%.»

La fonte musculaire

«La dénutrition est un véritable problème que nous prenons très au sérieux au CHUV, poursuit la spécialiste, car elle entraîne notamment une perte de masse musculaire. Celle-là même qui permet le bon fonctionnement des organes. En résultent des problèmes d’immunité et de cicatrisation. Quant à la perte de masse grasse, elle rend le maintien de la température corporelle difficile. Les patients se refroidissent et brûlent davantage de calories pour maintenir leur température, ce qui les fait maigrir encore plus.»

Le cercle vicieux n’est pas loin. Moins de muscle, donc plus de risques de chutes. Plus grande fragilité osseuse, donc davantage de fractures, notamment celles du col du fémur courantes chez les personnes âgées. «La dénutrition aggrave tout, affirme Andrea Trombetti. Elle allonge la durée des séjours hospitaliers et induit une surmortalité.» D’ailleurs, elle est mauvaise également pour les personnes rondes! «Certaines personnes en surpoids espèrent profiter de leur séjour hospitalier pour perdre quelques rondeurs, explique Pauline Coti Bertrand. Mais lorsqu’on est malade, on va perdre la masse musculaire avec les conséquences déjà décrites. Bien que ces patients ne semblent pas dénutris, il faut veiller à ce qu’ils mangent suffisamment.»

A l’hôpital, les soignants se renseignent sur le poids du patient avant sa maladie afin de réaliser si la perte de poids est importante ou pas. Inutile de se référer au poids de la consultation précédente qui peut déjà être bien en dessous du poids habituel.

Maladie et métabolisme

Parfois manger correctement ne suffit pas, car certaines maladies augmentent le métabolisme. «Toutes les insuffisances d’organes (cœur, poumons, reins) élèvent les besoins énergétiques. Les patients affirment s’alimenter comme d’habitude, mais cela ne suffit pas, précise Pauline Coti Bertrand. L’âge entraîne aussi un rendement métabolique moins bon. Il faut donc augmenter légèrement les apports nutritionnels en vieillissant alors même que l’appétit a tendance à baisser.» La spécialiste va jusqu’à préconiser aux personnes minces de mettre de côté quelques kilos avant la septantaine afin d’avoir une petite réserve en cas de maladie. «Quand on est jeune et que l’on est maigre, on a peu de risques d’avoir une maladie grave, précise-t-elle. Mais quand on est âgé, être mince, c’est se mettre dans une situation d’extrême fragilité. Sans ces quelques kilos de réserve, même une grippe de trois jours peut déjà amener à la dénutrition.»

Une hyperthyroïdie peut aussi être en cause dans la maigreur, mais seul un faible pourcentage de la population en souffre. «Lorsque la glande thyroïde travaille trop, les organes fonctionnent à très fort régime, explique Andrea Trombetti. Tout ce qui est absorbé est consommé. L’organisme va donc rapidement puiser dans ses stocks. Les muscles et les os sont attaqués. L’atrophie musculaire et l’ostéoporose ne sont pas loin. Seuls des médicaments permettent de diminuer la production hormonale de la thyroïde et normaliser le poids.»

En conclusion, quelle que soit la raison d’une maigreur importante, elle doit être prise en considération dès qu’une maladie, même bénigne, survient.

A LIRE AUSSI

Microbiote

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Le poids corporel: mythe et réalité

Le poids est la caractéristique physique la plus variable de l’homme, beaucoup plus que la taille ou la longueur des pieds. Pour une taille donnée, le poids peut varier du simple au double, voire plus, ce qui n’est pas le cas de la taille ou de la pointure des souliers!

Vieillesse et nourriture, ce qu’il faut savoir

Pourquoi les personnes âgées ont-elles tendance à maigrir? Comment se nourrir au 4e âge? Quels sont les dangers de la dénutrition? Le point avec le Dr Dimitrios Samaras, spécialiste de la nutrition des seniors.

La maigreur menace autant la santé que l’obésité

Le poids idéal? Celui qui ne menace pas la santé, disent les médecins. Or être trop maigre réduit autant l'espérance de vie que d'être obèse. L'ex-Miss Suisse et mannequin, Kerstin Cook a donc bien fait de refuser de maigrir, comme le lui avait demandé son agence. Explications.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.