Le microbiote intestinal, cet «organe oublié»

Dernière mise à jour 30/05/12 | Le saviez-vouz
Echantillon de bactéries
Nos intestins abritent un étrange bestiaire. Des bactéries pour l’essentiel, mais aussi quelques virus et levures avec lesquels notre organisme vit en bonne entente. Tour d’horizon.

La flore intestinale, que l’on nomme désormais «microbiote intestinal», compte un nombre impressionnant de microorganismes: au moins dix mille milliards, soit au bas mot 10 fois plus que le nombre de cellules de notre corps!

Cette microfaune a longtemps fait figure de «boîte noire», car on ne connaissait rien de sa nature. Le mystère s’éclaircit désormais peu à peu et l’on sait qu’elle renferme un millier d’espèces différentes de bactéries qui appartiennent à 4 groupes principaux: Bacteroidetes, Firmicutes, Proteobacteria, et Actinobacteria. Le microbiote, acquis par l’enfant au moment de sa naissance et au cours de ses premières années, est influencé par la génétique de chacun, mais surtout par son alimentation. Chaque individu abrite environ 200 espèces microbiennes dont les deux tiers lui sont propres; même les vrais jumeaux n’ont pas des flores identiques.

L’une des clés de notre santé

Cet «organe oublié», comme on appelle aussi le microbiote intestinal, joue un rôle clé dans le fonctionnement de notre organisme. Il fermente et dégrade les fibres alimentaires qui, sans lui, ne pourraient pas être digérées et il synthétise certaines vitamines. Il génère aussi des molécules biologiques qui assurent le développement et le bon fonctionnement de la fonction intestinale. Mais il fait plus encore: ses microorganismes contribuent au développement et au bon fonctionnement du système immunitaire. En outre, en «occupant le terrain», ils empêchent des bactéries ou virus pathogènes de coloniser nos intestins.

Toutefois, lorsque l’équilibre entre les différentes populations bactériennes qui composent le microbiote est rompu – du fait d’une «mauvaise» alimentation ou à la suite d’une maladie – certaines pathologies peuvent se développer. Notamment l’obésité, les diabètes de type 1 et 2, des maladies inflammatoires chroniques intestinales, le cancer colorectal ou certaines affections du foie. Autant dire que notre état de santé repose en grande partie sur notre microbiote intestinal.

A LIRE AUSSI

Microbiote

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Anémie

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Trop d’hygiène nuirait à la santé

Plusieurs études scientifiques font le lien entre une hygiène trop scrupuleuse et le développement de certaines maladies. Eclairage.

Choyer sa flore intestinale

Comment s’alimenter pour soigner les bactéries qui vivent avec nous? La recette magique n’existe pas, mais des conseils simples, oui. Les réponses d’une diététicienne.

Les probiotiques n’améliorent pas forcément la santé

La population microbienne de nos intestins pourrait être la clé de nombreuses maladies. Mais les probiotiques qu’on trouve sur le marché sont-ils bien utiles?
Videos sur le meme sujet

Les bactéries: amies et ennemies du corps

Le ventre est en train de devenir le centre d’attention des chercheurs et scientifiques du monde entier.