Evaluez votre risque cardiovasculaire

Dernière mise à jour 27/11/13 | Article
Evaluez votre risque cardiovasculaire
Chaque jour, soixante personnes décèdent en Suisse suite à un accident cardiovasculaire. Ce constat n’est pas une fatalité. Il doit nous inciter à accorder le plus grand intérêt à la prévention cardiovasculaire afin de prendre soin de son cœur, de se sentir mieux dans son corps et d’éviter le pire.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Suisse, comme dans la plupart des pays civilisés. Or, il est clairement démontré aujourd’hui que ces chiffres pourraient baisser significativement si chacun prenait conscience des bienfaits de la prévention et d’une meilleure maîtrise des risques responsables de ces tragiques atteintes à notre cœur.

Les 7 principaux facteurs de risque

  • L’hypertension artérielle
  • Le diabète
  • Le tabagisme
  • Le cholestérol
  • Le stress
  • La sédentarité
  • L’excès de poids

«Une évaluation médicale, personnelle et objective de ses facteurs de risque constitue le premier pas indispensable à une bonne prévention de l’accident cardiovasculaire. Cela est d’autant plus vrai si vos parents ont déjà été victimes de problèmes de ce type car vous présentez alors un terrain génétique plutôt favorable à ces pathologies», explique le Dr Grégoire Girod, responsable de la cardiologie à l’Hôpital du Valais.

Première étape: faire un bilan sanguin et médical auprès de son médecin traitant pour dépister les risques d’hypertension, de diabète, de cholestérol, de stress et d’obésité.

L'obésité

Elle se mesure selon les normes suivantes:

IMC = poids divisé par la taille (en mètre) au carré

  • Surpoids: IMC entre 25 et 30 kg/m2
  • Obésité: IMC supérieur à 30 kg/m2

Circonférence abdominale

Doit être inférieure à 102 cm pour les hommes, 88 cm pour les femmes.

Sédentarité

Est sédentaire une personne qui pratique moins de 30 minutes par jour d’activité physique moyennement intensive (cela peut aller de la simple marche rapide au vélo, footing, etc.)

Tabac

Fumeur ou pas / fumeur passif.

Stress

Le stress est un facteur difficilement évaluable. C'est une valeur à établir par le patient sur une échelle de 1 à 10.

Il est important que le patient soit le plus objectif possible par rapport à certains de ses facteurs de risque, notamment en ce qui concerne sa consommation réelle de tabac, son activité physique ou son niveau de stress. «Sans ces données objectives, il sera plus difficile pour votre médecin de prendre les mesures le plus adaptées possibles à votre cas, ajoute le Dr Girod. Or, il est clairement démontré aujourd’hui que le cumul de plusieurs facteurs augmente très fortement le risque de faire un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.»

Evaluez votre risque cardiovasculaire

A LIRE AUSSI

Addiction au travail

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Arrêter de fumer, les méthodes qui fonctionnent

Il est une mesure parmi d’autres pour dissuader les fumeurs: le paquet de cigarettes neutre vient d’arriver en France. Ceux qui veulent arrêter de fumer n’ont que l’embarras du choix face aux différentes méthodes qui existent sur le marché.
Videos sur le meme sujet

Poly-consommation: drogues multiples, risques multiples

La consommation de plusieurs substances en parallèle, alcool, cigarette, joints, etc., n'est pas sans conséquences. Ou se trouve la limite légale, et surtout les risques pour la santé?
Maladies sur le meme sujet

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive