Ecrans: l’excès nuit à la santé des enfants et des adolescents

Dernière mise à jour 07/05/14 | Article
Ecrans: l’excès nuit à la santé des enfants et des adolescents
Deux études récentes mettent en lumière les aspects négatifs de la télévision et des écrans d'ordinateur sur le sommeil des enfants. Mais aussi sur la densité minérale osseuse des adolescents.

Depuis l’invention des écrans, la sagesse populaire recommande d'en éloigner les enfants. Peine perdue: télévisions et écrans d'ordinateur occupent une place de plus en plus envahissante dans la vie des jeunes. L'inquiétude des parents concerne le plus souvent les conséquences de la sédentarité. «Si un enfant est vissé plus d'une heure par jour devant un écran, le risque [d'obésité] peut doubler ou même tripler», explique ainsi la Dr Nathalie Farpour-Lambert, pédiatre, médecin du sport aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et spécialiste de l’obésité infantile. Mais les chercheurs se penchent également sur l'impact que peuvent avoir les écrans de tous types sur la qualité de nos nuits (lire "Sommeil et écrans: la lumière bleue à l’origine de nos nuits blanches")

Deux études récemment publiées mettent en lumière de nouveaux risques inhérents à l’usage que peuvent faire des écrans les enfants et les adolescents aujourd’hui.  

Sommeil des jeunes

La première de ces études s'intéresse à l'effet de la télévision sur le sommeil des jeunes enfants. Parue dans la revue Pediatrics1, elle est le fruit d'une collaboration entre le Massachussetts General Hospital et la Harvard School of Public Health de Boston.

Les chercheurs ont suivi 1864 enfants âgés de six mois à huit ans, dans le cadre du Project Viva, une enquête au long cours cherchant à déterminer l'effet de différents facteurs (avant et après la naissance) sur la santé humaine. Six mois après l'accouchement, puis une fois par an, les chercheurs ont demandé aux mères le nombre d'heures que leur enfant avait passé dans une pièce avec la télévision allumée ainsi que le nombre d'heures passées devant l'écran. Elles indiquaient également si leur enfant (entre quatre à sept ans) dormait ou non dans une pièce comportant un poste de télévision, ainsi que la durée moyenne de son temps de sommeil.

Bannir la TV de la chambre

L'impact constaté par l'équipe dirigée par Elizabeth M. Cespedes n'est certes pas époustouflant, mais il est bien réel: chez les enfants observés, chaque heure de télévision en plus équivalait en moyenne à sept minutes de sommeil en moins. L'effet constaté était plus marqué chez les garçons que chez les filles. De plus, selon l’étude, une télévision dans la chambre équivaut  à une demi-heure de sommeil en moins.

Plusieurs facteurs pourraient être à l'origine de ce phénomène. Première hypothèse: l'intensité lumineuse des écrans pourrait provoquer un retard de phase du sommeil, repoussant par là-même l'endormissement. Autre piste: le caractère violent des programmes, générateur de stress – et donc d'insomnie – tout particulièrement chez les plus jeunes.

Ordinateur

A l'adolescence, nombre d'enfants troquent  l'écran de la télévision avec celui de leur ordinateur, et y consacrent tout autant de temps. Ce qui n'est pas sans risque, notamment chez les garçons, si l'on en croit une étude norvégienne présentée lors du récent World Congress on Osteoporosis, Osteoarthritis and Musculoskeletal Diseases.

Une équipe de l'Université norvégienne de Tromsø, dirigée par le Dr Anne Winther, a étudié les analyses de densité minérale osseuse réalisées auprès de 484 garçons et de 463 filles âgés de 15 à 18 ans. Les adolescents avaient préalablement répondu à des questionnaires sur leurs habitudes de vie – notamment sur le temps passé devant l'écran le week-end ainsi que sur leur activité physique.

Qualité des os

La croissance du squelette est normalement un processus ininterrompu de la naissance à la fin de l'adolescence, et l'activité physique influence directement ce processus. Les chercheurs ont constaté une relation inquiétante entre le temps consacré par les garçons à l'ordinateur et à la télévision, et la  densité osseuse. Les longues heures passées devant l'ordinateur pourraient compromettre la santé osseuse des jeunes. 

«La densité minérale osseuse est un bon moyen de déterminer les risques de fracture, souligne le Dr Anne Winther. Nos conclusions indiquent clairement qu'un mode de vie sédentaire pendant l'adolescence peut impacter la densité minérale osseuse, et peut donc compromettre l'acquisition d'une masse osseuse normale à l'âge adulte. Ce qui peut avoir un impact négatif à l'avenir avec notamment un risque accru d’ostéoporose et toutes ses fâcheuses conséquences».

Les conclusions sont simples: pour préserver la santé et le bien-être des plus jeunes, il serait bon d'écarter au maximum de leurs yeux les écrans en tous genres. Mais sans doute serait-il encore plus efficace de parvenir à  les convaincre d'enfiler leurs chaussures de sport. Un conseil qui  peut également s’adresser à leurs parents.

1. Le texte (en anglais) de cette étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Internet: le défi des nouvelles addictions comportementales

Alcool, drogues, tabac. L’addiction liée à un produit est largement répandue. Mais la difficulté peut aussi être liée à un comportement et s’installer sans qu’il y ait nécessairement de consommation de substance.

L’addiction, une passion qui a mal tourné

Pathologie aux contours diffus, l’addiction est un phénomène autant social que médical.

Pourquoi les adolescents sont-ils des couche-tard?

Les jeunes ne dorment pas assez. Cette privation de sommeil, en partie due à des causes biologiques, est encore accentuée par l’usage des médias sociaux. C’est ce que confirme une enquête menée par des chercheurs de l’Université de Genève.
Videos sur le meme sujet

Hypercommunication: toujours connecté, danger pour la santé

Le monde dans lequel nous vivions est hyper connecté. Cette hyper connectivité peut faire peur, d'autant qu'elle évolue très vite. Elle peut aussi contribuer à l'épuisement et au burn-out. L'Antidote vous livre l'avis d'un psychologue sur cette question qui nous concerne tous.

Cyber-addictions: trop d'écrans nuisent à la santé

Certaines personnes passent trop de temps devant leurs écrans d'ordinateur, de télévision ou console de jeu. Lorsqu'elles ne contrôlent plus leur consommation, on les appelle des cyberdépendants. Ces addictions cachent souvent un malaise familial ou social sous-jacent. L'antidote fait le point sur les cyber-addictions.

Génération écrans: une présence envahissante

Les adolescents sont adeptes des nouvelles technologies. Ils comprennent vite et savent utiliser les écrans souvent mieux que les adultes. Mais entre les téléphones intelligents, l’ordinateur, les jeux vidéo, internet, la télévision, les tablettes, les jeunes sont aujourd’hui envahis de supports numériques.