L’alcool demeure une récompense bien trop fréquente après le sport

Dernière mise à jour 28/10/14 | Article
L’alcool demeure une récompense bien trop fréquente après le sport
Une étude américaine met en lumière les liens entre la pratique d’un exercice physique et la consommation de boissons alcooliques.

«Troisième mi-temps». C’est la formule qui symbolise ce que peuvent être, parfois poussées à l’extrême, les relations entre la consommation de boissons alcooliques et la pratique sportive intensive. On peut y voir une forme de «réconfort» collectif après l’intensité d’un effort également collectif. Initialement réservée au rugby, la formule est désormais généralisée à de nombreuses disciplines sportives.

«Décompresser»

Est-ce un besoin de se «revigorer» après l’effort, l’occasion de «décompresser» ou la poursuite de l’échange dans une grande atmosphère de convivialité? Ou encore une «auto-récompense»? Quelles qu’en soient les raisons, le fait est là: la consommation de boissons alcooliques est plus importante les jours d’activité physique ou sportive. C’est du moins la conclusion d’une étude américaine qui vient d’être publiée dans Health Psychology, revue de l’American Psychological Association.1

Spécialiste de médecine préventive à la Northwestern University, le Pr David E. Conroy est l’auteur principal de ce travail. Il explique que dès le jeudi soir, à l’approche du week-end, nous sommes nombreux à avoir tendance à «reprendre» le sport et la boisson. Une tendance partagée, selon son étude, par toutes les tranches d’âge. En 2011, des chercheurs avaient déjà établi le lien entre activité physique et consommation d'alcool, mais… chez les rats.

Dès le jeudi

Ce travail a cette fois consisté à analyser les journaux quotidiens (tenus via un smartphone) de 150 volontaires âgés de 18 à 89 ans. Chacun devait fournir, chaque soir, les principales informations sur ses activités physiques et sa consommation d’alcool du jour. Et ce durant trois vagues de trois semaines chacune. L’analyse de ces données montre que du lundi au mercredi, les sujets se concentrent sur leurs activités professionnelles ou familiales et réduisent leur consommation d'alcool. En revanche, dès le jeudi, la consommation d'alcool et l'activité physique reprennent de manière simultanée. Précision: ce ne sont pas celles et ceux qui font le plus de sport qui boivent le plus.

Mauvaise récupération musculaire

C’est là un phénomène uniforme pour tous les participants de l'étude, et ce quel que soit l’âge ou le niveau de pratique de l’activité physique. Les chercheurs suggèrent plusieurs motivations possibles. Il y a la «récompense après l’effort» et les occasions de rencontres inhérentes à la pratique sportive. Il y a aussi, tout simplement, la plus grande disponibilité du week-end qui peut expliquer la simultanéité entre les deux tendances.

D’autres études sont prévues pour mieux comprendre le lien éventuel entre ces deux variables. Des études dont les résultats devraient permettre d’élaborer des interventions encourageant la pratique de l’activité physique et déconseillant la consommation d'alcool après l’effort.

«Nous allons essayer de comprendre les motivations exactes afin de mieux concevoir nos interventions en faveur de l'activité physique, expliquent les auteurs. Il est en effet important de savoir que les calories de l'alcool peuvent vite remplacer celles que l'on a durement brûlées, et surtout que l'alcool peut nuire à la récupération musculaire après l'effort». Une donnée qui ne peut que retenir l’attention des sportifs.

_________

1. Un résumé (en anglais) de la publication de Health Psychology est disponible ici

A LIRE AUSSI

Addiction au travail

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Alcool

Prendre de la morphine, c'est être dépendant?

Comment gère-t-on le risque de dépendance quand la morphine est prescrite pour des douleurs chroniques?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

Une fois ingurgité, l’éthanol contenu dans l’alcool passe très vite dans le sang et perturbe le fonctionnement du cerveau. Mais les effets néfastes sont très différents d’un individu à l’autre.

L’art de tenir ses bonnes résolutions

Dresser une liste de nos envies de changement, c’est simple. Le défi: les concrétiser sur le long terme.

Environnement et cancer: un duo infernal?

Sujet très médiatisé, la relation entre cancer et environnement suscite des craintes liées aux facteurs de risques non maîtrisables: pollution de l’air et de l’eau, téléphonie mobile, etc. Le Professeur Boffetta fait le point.
Videos sur le meme sujet

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Jeunes et alcool: faire la fête sans risque

L’alcool augmente les conduites à risque. Une personne qui a trop bu perçoit moins bien le danger, elle peut prendre des risques et minimiser les conséquences de ses actes.

Alcool festif: gérer les risques

Toutes les générations ressentent du plaisir à partager un verre. Mais derrière cette image sympathique se cache une réalité plus sombre. Cette vidéo s'intéresse particulièrement à la consommation des adultes qui parfois se révèle excessive.
Maladies sur le meme sujet

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.